Préserver la ressource en eau

https://vimeo.com/611372800

L’engagement de l’enseignement agricole pour préserver la ressource en eau.

Ce matin au lycée agrotech de vienne, dans l’Isère, les étudiants testent la qualité des eaux d’un captage  voisin. Ils effectuent toutes les opérations nécessaires à son analyse précise et enregistrent les résultats. En effet, l’aire d’alimentation est vulnérable au risque nitrates et pesticides, augmenté par les exploitation agricole. C’est donc en partenariat avec le lycée agricole de Saint Genis Laval que les étudiants ont mené à bien ce travail.

Quand aux étudiants des lycées agricoles environnants, ils seront sensibilisés à  la thématique de la qualité de l’eau.

Castelnaudary

En effet, préserver l’eau et sa qualité, c’est l’affaire de tous. Face au dérèglement climatique et aux questions posées aux modèles agricoles actuels, il faut faire preuve d’innovation. Face à ce défi, les lycées agricoles s’engagent en nombre sur le terrain et dans leur approche pédagogique. L’objectif ? Améliorer l’efficacité et la diffusion des pratiques vertueuses pour la préservation de cette ressource commune et inestimable qu’est l’eau.

Ici le Treboul longe le canal du Midi. Problème, son état de dégradation est alarmant : nitrates, pesticides, les taux sont trop élevés et les parcelles en bordure de ruisseau doivent adapter leurs pratiques pour réduire les transferts de polluants vers les masses d’eau. Pour ce faire, le lycée agricole a fait évoluer les pratiques de son exploitation : un nouveau système de production en bio a vu le jour et les vignes ont été remplacées par une rotation en grande culture. Plus encore, le désherbage est maintenant mécanique et les intrants ont diminuer de plus de 50%.

Mais le changement de pratiques agricoles n’est pas la seule action menée ici, le lycée a aussi fait le choix d’installer une zone tampon humide artificielle. 

Yvetot 

C’est au lycée agricole d’Yvetot, en normandie que se trouve la zone tampon humide la plus ancienne. Mais au fait : qu’est-ce que c’est ? Il s’agit d’une zone dans laquelle les eaux de ruissellement circulent et sont purifiées par la dégradation des particules toxiques : l’eau acheminée vers la zone tampon humide va rester environ deux semaines et circuler sur un parcours durant lequel les UV vont dégrader les molécules nocives.  La plantation de roseaux permet également de fixer des microorganismes qui vont se nourrir des intrants et les dégrader. La zone va donc agir sur l’eau… et améliorer grandement sa qualité en aval en dégradant les molécules nocives. 1000 mètres cubes, 2500 mètres carrés, la zone tampon d’Yvetot est un support pédagogique grandeur nature pour améliorer la qualité de l’eau.

La Canourgue

A La Canourgue, en Lozère, on a abordé la problématique des intrants et de la gestion des effluents grâce à une autre technique innovante : l’aquaponie. Grâce à une production rationalisée de poissons couplée à des cultures végétales en hydroponie, l’eau est recyclée en permanence : l’eau sale des poissons sert à alimenter en nutriments des serres en maraîchage et en horticulture : résultat, une efficience agronomique étonnante.  De plus, les boues et les effluents ultimes de la pisciculture et des bassins d’aquaponie sont traitées par des lombrics et valorisés sous forme de compost !

Mamirolle

Préserver la qualité de l’eau n’est pas une mince affaire, mais ce n’est pas le seul enjeu. Dans les filières où le nettoyage est important, il faudra aussi mieux l’économiser. C’est la raison pour laquelle l’ENIL Mamirolle a mis en place un système d’économie d’eau pour son atelier de transformation laitière.

En vue de substituer les produits de nettoyage, les étudiants ont testé plusieurs systèmes et différentes solutions et mesuré leur efficacité désinfectante. Un cahier de bonnes pratiques et un  livrables pour les professionnels ont été réalisés. 

Bourg en Bresse

Sensibiliser les agriculteurs de demain aux questions liées à la préservation de la ressource eau est un véritable enjeu. Au Lycée agricole de Bourg en Bresse, ils apprennent également à voir l’exploitation comme un système complexe et ouvert sur la société. De la pratique agricole jusqu’à la valorisation, l’agriculture est un métier résolument social où l’on gagne à développer des partenariats. Le lycée a donc développé un partenariat avec le bassin versant voisin et permis aux étudiants de découvrir concrètement les acteurs de la région.

Syndicat du Bassin versant la Reyssouze

Perpignan

A Perpignan, les étudiants ont travaillé à la modélisation d’un serious game sur la gestion concertée de l’eau sur le territoire local. Aujourd’hui, c’est jour de test. Les étudiants d’autres filières viennent apprendre en s’amusant sur les problématiques liées à l’eau. 

Ces quelques exemples témoignent de la transition technique , agroécologique et pédagogique menée dans l’enseignement agricole, pour que les futurs agriculteurs soient acteurs d’une gestion durable et concertée de l’eau. La mise en réseau à un niveau national assure une facilitation des échanges, de la professionnalisation des personnels, de la mutualisation des compétences et des outils créés, pour une meilleure synergie des effets…