Chaudière à bois : une énergie adaptée pour les agriculteurs

 

Chaudière à copeaux from Miamedia TV on Vimeo.
Laurent Chaubert, agriculteur à Puidoux, a installé une chaudière à copeaux sur son exploitation. L’objectif de cette démarche est avant tout d’augmenter son autonomie énergétique tout en valorisant une ressource existante sur son terrain. 

miamedia4

Une fois abattus, les arbres sont ébranchés, puis broyés pour cinq francs le mètre cube. Les copeaux doivent ensuite être séchés puis amené à la chaudière. Pour un agriculteur, la logistique nécessaire au stockage des copeaux et à l’alimentation de la chaudière n’est pas vraiment un problème comme l’explique Laurent:

La mise en place d’une chaudière à copeaux offre une grande indépendance en source d’énergie. En plus d’alléger ses charges énergétiques, Laurent Chaubert est moins dépendant des variations du coût des hydrocarbures, ce qui lui permet d’augmenter sa résilience en temps de crise.

Avec l’installation d’un silo de stockage et de séchage, le bénéfice du passage aux copeaux de bois n’est pas immédiat, mais est un investissement qui porte ses fruits sur le long terme. Cette démarche s’inscrit également dans une réflexion de durabilité et d’autosuffisance.

miamedia1

1 UNE ENERGIE COMPETITIVE

Tout d’abord, le bois est un combustible bon marché.

D’après Quercy Energies

De plus, des aides publiques sont accordées aux particuliers pour l’acquisition du matériel et son installation (taux réduit de TVA à 5,5 pour l’achat d’une chaudière à bois et des radiateurs, réduction d’impôt à raison de 40% des dépenses TTC, subvention possible de l’ANAH).

 

2 UNE ENERGIE POUR LE DEVELOPPEMENT LOCAL

A consommation égale, l’énergie bois crée en moyenne 4 fois plus d’activités que le gaz ou le pétrole. Ces emplois contribuent directement au soutien d’activités locales.
De plus, elle participe à la valorisation du patrimoine forestier en ouvrant de nouveaux débouchés à des produits difficilement utilisables par ailleurs.

miamedia3

3 UNE ENERGIE PROPRE

L’utilisation énergétique du bois n’entraîne pas de destockage de carbone, et permet ainsi de réduire les émissions de gaz carbonique en se substituant à la combustion d’énergies fossiles. Par ailleurs, les chaudières actuelles respectent les normes de rejets polluants dans l’atmosphère grâce à des systèmes performants de filtrage ou de lavage des gaz de combustion.

 

 

Electricité : base

0,11 €/kWh

Propane

0,08 €/kWh

Fioul domestique

0,047 €/kWh

Gaz naturel

0,038 €/kWh

Bois (Très variable en fonction du type de combustible)

 

Environ 0,02 €/kWh

4 UNE ENERGIE REGIONALE ET ABONDANTE

3ème région de France en surface de forêts, Midi-Pyrénées dispose d’une surface boisée de 1 156 000 hectares, à dominante de feuillus avec une proportion de taillis sous exploités et vieillis. Elle connaît un accroissement annuel de 3 m3/ha/an.

Taux de boisement de Midi-Pyrénées

Source : CRPF

La forêt publique occupe 18% de la surface. La forêt privée occupe 82% soit 941 780 et concerne 338 000 propriétaires.
La forêt paysanne était estimée en 2002 à 425 000 ha et appartenait à 66 000 agriculteurs. Une configuration en parcelles très morcelées (surface moyenne de 2.8 ha) handicape la mise en valeur et la mobilisation du bois.
Ces chiffres ne tiennent pas compte des espaces boisées non forestiers composés de haies, bosquets, bandes boisées qui constituent un gisement d’une valeur économique non négligeable pour le monde agricole.

Ressource renouvelable, créatrice d’emploi et respectueuse de l’environnement, la valorisation du bois représente un atout considérable pour le développement local et l’entretien du territoire.

 

Miamedia est le spécialiste de la communication agricole. Un projet de recherche en agriculture à valoriser ? Contactez-nous !

Résilience paysanne : comment développer le self-service ?

Vente directe et self service en agriculture : l’exemple suisse. from Miamedia TV on Vimeo.
En reportage dans le Canton de Vaud, en Suisse, il n’est pas rare d’y croiser des self service chez les agriculteurs. Frigidaire à lait, self directement sur l’exploitation, petit magasin de village, le self est à la mode et permet aux agriculteurs de la région de réaliser des ventes en local et avec un temps de travail et de disponibilité limité.

Dans cette vidéo réalisée pour la Direction Générale Agricole du canton de Vaud, nous vous présentons le self du village de Puidoux monté par un collectif d’agriculteurs innovants.

self1

Si la pratique, peu couteuse et efficace n’est pas encore souvent mise en place, c’est souvent par peur des vols et par manque de compétences en communication. Mais le numérique pourrait bien changer les mentalités, notamment avec la facilité à prendre en charge les paiements numériques. Le paiement par téléphone notamment, permet aux clients de payer sans avoir de monnaie ni même de carte bancaire. Des systèmes de caméra surveillance peuvent également être utilisé pour prévenir les vols.

Si de plus en plus d’agriculteurs passent sur les réseaux sociaux, c’est aussi parce qu’ils comprennent la possibilité de faire de meilleur marge grâce à la vente directe et donc via la communication. Le self service devrait se développer à mesure que la vente directe augmente.

self2

Si certains estiment que le « libre service » diminue la rencontre directe entre vendeurs et acheteurs, d’autres arguent du fait que les selfs service étant souvent placés sur l’exploitation, ils permettent au contraire de la remettre symboliquement au centre du circuit.

self3

Agriculture : Créer son espace de vente directe

Un espace de vente directe innovant a vu le jour en plein centre du village de Puidoux , à une quinzaine de kilomètre de Lausanne. Sur l’initiative de Laurent Chaubert, plusieurs producteurs de la région se sont regroupés pour offrir une diversité de produit locaux à la population.

Le magasin fonctionne en libre-service et est ouvert entre 8 et 20 h tous les jours de la semaine. Les clients ont la possibilité de payer par TWINT ou en cash et le local est maintenant équipé d’une caisse spécifique avec tous les articles enregistrés. 

Afin d’assurer un minimum de surveillance et la bonne conduite du magasin, un système de surveillance caméra a été installé, permettant à Laurent de garder un œil sur son magasin en tout temps via son smartphone.

self4

Grâce à la collaboration de plusieurs producteurs, l’offre est généreuse et fait le succès de ce self-service. Pain, fromage, œufs, sirop, charcuterie, viande, huile et divers produits de saison sont disponibles.

Le magasin n’est pas à but lucratif et ne prend qu’une marge minimal pour assurer son fonctionnement, ceci afin de rémunérer au mieux les producteurs et d’offrir des prix intéressants pour les consommateurs.

Cette initiative permet ainsi de rapprocher consommateurs et producteurs et de favoriser l’économie circulaire et la consommation locale.

L’ouverture d’un espace directe permet donc de diminuer la dépendance d’un agriculteur face aux acheteurs en diversifiant ses canaux de distribution. Ce faisant, il augmente sa capacité de résilience face aux aléas des marchés. Mais plus encore, ce projet montre que la vente directe peut être un vecteur d’innovation : il a d’ors et déjà permit d’augmenter la diversification de plusieurs exploitations agricoles et de réunir producteurs et consommateurs.  

Vidéo réalisée par Miamedia

Merci à la DGAV pour son éclairage sur le sujet.

La réorganisation productive en agriculture, qu’est-ce que c’est ?

 

 

Innover en agriculture ? Pas juste une question de technique !

Depuis le milieu du siècle dernier, l’agriculture française a connu de profondes évolutions qui en quelques décennies, ont fortement modifié les modèles économiques et les paysages ruraux. Aujourd’hui, l’agriculture française doit faire face à une nouvelle mutation : les besoins des consommateurs et consommatrices évoluent ainsi que les attentes des citoyens et des citoyennes face au défi majeur du changement climatique  à la santé des écosystèmes, la disponibilité de l’eau, la qualité des sols, etc… Plus encore, la mondialisation continue de rendre les marchés volages et il faut faire face à des fluctuations permanentes des prix.

Confrontée à cette situation sans précédent, l’innovation technique seule suffira-t-elle ? L’agriculture dispose heureusement de nombreux autres atouts dans ses territoires  pour innover.

D1XcsEUWkAEY_xR

Selon Marc Giget, docteur en économie du développement, un récent sondage (Etude OpinionWay, 2016) montre qu’en général, les citoyens réclament des innovations « qui améliorent vraiment la vie » avec comme principales attentes :

  • –  me simplifier la vie (49%),
  • –  préserver l’environnement (42%),
  • –  être accessible au plus grand nombre (41%).

L’innovation en agriculture revêt diverses formes

Les récentes innovations agricoles prouvent qu’une amélioration de la qualité du travail et des produits se fait parfois par d’autres leviers que l’augmentation de la production. L’innovation n’est pas seulement technologique, elle revet diverses formes : elle peut être sociale (management, regroupements, solidarités…), organisationnelle (autonomie fourragère, diversification, valorisation du travail…) ou encore numérique (réseaux d’agriculteurs, application des recherches, techniques…).

Face aux défis, l’innovation est souvent la seule solution. En agriculture, les agriculteurs qui souhaitent augmenter leur capacité de résilience face aux difficultés du siècle à venir se réunissent et innovent souvent de concert pour améliorer leur efficience organisationnelle.

S’agissant tout d’abord du volet économique, dans un contexte marqué par la dérégulation de certains marchés devenus mondiaux, l’objectif principal est d’assurer la viabilité et la pérennité des exploitations et de garantir un niveau de rémunération satisfaisant aux agriculteurs et agricultrices et aux salariés et salariées.

Pour innover, le monde agricole s’ouvre également davantage aux autres secteurs d’activité. Marketing, communication, export, labelisations, règlementations, tous les domaines sont bons pour permettre aux agriculteurs de mieux vivre de leur activité. La très bonne santé du site « miimosa », plateforme de financement collaboratif en agriculture peut en attester, l’innovation agricole se porte bien et elle est souvent le fruit de projets collectifs.

Face à l’urgence environnementale mondiale, l’innovation en agriculture peut devenir un véritable atout en matière de compétitivité. Mais la concurrence internationale entre des produits agricoles européens soumis à des normes sanitaires et environnementales nécessaires décidées collectivement, et d’autres qui n’ont pas ces normes, conduit à une course permanente à la recherche de prix toujours plus bas et peut ainsi impacter la capacité des agriculteurs et des agricultrices européens à innover. Il faut donc parfois se tourner vers de nouvelles formes d’innovations, dont les circuits économiques, sociaux et intellectuels sont en permanence à réinventer.

« Le progrès ne vaut que s’il est partagé par tous ».  Aristote

maxresdefault

Le projet REPRO-INNOV vise à étudier et à caractériser ces nouvelles formes d’organisation productive au sein des filières agro-alimentaires, à partir d’approches pluridisciplinaires en sciences sociales visant l’analyse des processus d’innovation. L’objectif est de mieux comprendre comment des innovations peuvent ou non favoriser la transition vers des systèmes agro-alimentaires plus durables. Ce projet s’organise en 3 volets de recherche qui visent à croiser des regards complémentaires sur l’innovation régionale dans l’agro-alimentaire : un premier volet porte sur les dynamiques nationales et régionales d’innovations, un second propose des travaux sur les coopératives agricoles et enfin un troisième volet, sur l’articulation entre réseaux d’entreprises et territoires pour des projets innovants.

Plus d’informations : http://psdr.fr/archives/INS413PDFN1.pdf)  

Un des objectifs est donc de mieux comprendre l’influence des dimensions spatiale et de mises en réseau d’acteurs sur les processus d’innovation et sur leurs performances à l’aide d’une méthodologie d’analyse qualitative par entretiens pour comprendre comment les innovations sont mises en place par des acteurs de la filière dans les territoires

« L’innovation n’est pas seulement technologique, elle revet diverses formes »

Les objectifs du projet : étudier et caractériser les nouvelles formes d’organisation productive au sein des filières agroalimentaires

L’innovation est abordée au sens large à la fois dans ses dimensions techniques, organisationnelles et institutionnelles.

Les entreprises mobilisent leurs ressources internes pour innover, mais l’innovation dépend aussi de leur capacité à mobiliser leur environnement externe, qui renvoie à des dimensions sectorielles et de marché, mais aussi à l’environnement géographique et institutionnel. L’innovation s’inscrit donc dans un cadre ouvert, où l’accent est mis sur l’analyse des interactions entre acteurs (co-évolution), tant dans la dimension de coordination entre les acteurs d’une filière que dans celle de la co-existence de différentes formes d’organisation à l’échelle des territoires.

REPRO-INNOV : Réorganisations productives et innovations dans les filières agroalimentaires

Acteurs - filières agroalimentaires - territoire
Cette vidéo a été réalisée par :
pn8KvAyu

Et si on montait une caisse de solidarité agricole ?

Les caisses de solidarité agricole, un outil du passé pour un avenir plus sûr

Créer ou adhérer à une caisse de solidarité, comment ça marche ?

Les agriculteurs d’aujourd’hui doivent faire face à de nombreux défis : enjeux environnementaux et sociétaux, aléas climatiques, crises sanitaires… mais aussi les imprévus « habituels » : vie privée, santé…

Comment affronter une situation inattendue quand on a déjà à gérer autant de paramètres ?

miamedia-video-agricole2.png

Adhérer à une caisse de solidarité peut permettre de faire face à des imprévus qu’ils soient personnels ou professionnels : problème de santé, remplacement sur l’exploitation, faibles récoltes, réparation de matériels, structuration de l’entraide, etc.

Qu’est-ce qu’une caisse de solidarité ?

Une caisse de solidarité est une association de loi 1901. Elle est basée sur une cotisation libre et mensuelle de ses adhérents sur une durée déterminée.

Le concept de caisse de solidarité est ancien et a existé en France, surtout au 19ème siècle. Certaines caisses ont d’ailleurs traversé les temps, les guerres et les différentes époques « politiques », avec des lois plus ou moins permissives.

Les anciennes caisses des Mines (Caisse de l’Union des Industries minières et métallurgiques) en sont un exemple, de même que la caisse du Crédit Agricole ici en France.

Elle prend forme dès lors qu’un groupe de personnes décident de se rassembler pour anticiper ensemble d’éventuels imprévus qu’ils soient heureux ou malheureux (investissement ou projet coûteux, mariage d’un enfant, difficultés sociales ou économiques). Elle dispose d’un cadre réglementaire et permet à ses adhérents de s’appuyer sur la force d’un groupe, que ce soit pour échanger, partager ou dégager des fonds en cas de coups durs.

miamedia-video-agricole.png

Un pour tous, tous pour un !

L’union fait la force… Dans « caisse de solidarité »….il y a…solidarité. Comme son nom l’indique, créer ou adhérer à une caisse de solidarité implique de placer l’humain au premier plan. Il s’agit de ne pas rester isolé en cas de situation inattendue et de s’appuyer sur le collectif pour la surmonter.

Pourquoi adhérer ou créer une caisse de solidarité ?

> Un outil financier complémentaire

En cas de besoin, les fonds constitués permettent aux adhérents :

  • D’emprunter à taux 0
  • D’obtenir des fonds rapidement et sans formalités administratives
  • De bénéficier d’un montant maximum défini par les adhérents et le règlement intérieur

> Un accompagnement social

Une caisse de solidarité est un lieu qui permet de libérer la parole, cette étape est essentielle pour accepter d’être accompagné lorsque l’on est dans une situation difficile.

Au-delà de l’échange et du soutien que l’on peut y trouver, une caisse de solidarité peut aussi impulser une dynamique de territoire en travaillant sur des projets avec d’autres partenaires locaux.

Vidéo réalisée par Miamedia pour la chambre d’agriculture de Dordogne et la caisse de solidarité de Duras.

Pour en savoir plus sur les caisses de solidarité de Dordogne, cliquez ici : le site de la chambre d’agriculture de Dordogne

LOGO_CHAMBRE

Nouvelles technologies pour la conduite d’élevage

Nouvelle technologie de la conduite d’élevage, de reproduction via la génétique SORELIS – AURIVA from Miamedia TV on Vimeo.

Parmi les sociétés spécialisées dans le monde agricole et présentes au salon de l’agriculture de la foire internationale de Bordeaux, SORELIS & AURIVA ont pu nous expliquer leur nouvelle technologie de sélection via l’étude de la génétique et de la génomique de leurs bovins. L’objectif ? Faire se reproduire leurs meilleurs spécimens entre eux et assurer une meilleure rentabilité à leurs éleveurs.

Comme nouveauté SORELIS & AURIVA,  organisme de sélection d’élevage, travaille sur la génomique, la recherche d’ADN et de marqueurs génétiques sur les bovins afin de sélectionner des caractères spécifiques pour lutter contre des maladies, les éradiquer et chercher les meilleurs spécimens possibles pour la reproduction et la conduite d’élevage. Les recherches sont faites à partir d’un bout de cellule prélevé sur l’oreille et envoyé dans des laboratoires pour chercher les marqueurs génétiques des caractères recherchés.

D’autres technologies permettent grâce à une balise de capteurs mis sur la queue de la vache d’envoyer un SMS à l’éleveur quand elle est prête à mettre bas. Un gain de temps pour l’éleveur, qui est rassuré et peut faire d’autres tâches en attendant.

L’objectif aujourd’hui pour SORELIS & AURIVA et de gérer l’arrivée de nouvelles sélections adaptées aux nouveaux marchés. Quels facteurs faut-il identifier en premier pour les élevages en bio ? En agroécologie ?  Aussi, les chercheurs tentent de découvrir des marqueurs génétiques spécifiques du goût de la viande des bovins pour les producteurs et par dessus tout, les besoins des consommateurs dans l’assiette.

Les Culturales 2018

Les Culturales auront lieu les 6 et 7 juin 2018 à l’Isle-Jourdain près de Toulouse dans le Gers (32). Cette édition exceptionnelle du salon au champ organisée par ARVALIS s’adresse aux producteurs à la recherche d’expertises et d’innovations pour la performance de leur exploitation.

L’aquaponie domestique s’invite dans vos maisons

Présentation de l’aquaponie avec Urbanleaf from Miamedia TV on Vimeo.

 

 

Découvrez l’aquaponie en 2 minutes chrono grâce à Marie Fiers, la fondatrice d’urbanleaf, société française fabriquant des mobiliers urbains en aquaponie.

Financement participatif agricole : découvrez MIIMOSA

Financement participatif pour l’agriculture : miimosa from Miamedia TV on Vimeo.

 

Miamedia était au salon de l’agriculture pour rencontrer les acteurs de l’innovation agricole de demain. Dans cette interview, découvrez MIIMOSA, une plateforme de financement participatif spécialisée dans les projets agricoles.

Big data, innovation digitale et agriculture

ferme-digitale-miamedia from Miamedia TV on Vimeo.

La gestion de la donnée dans le monde agricole va changer le travail des agriculteurs de demain. Connectés, il sera possible de rapprocher le consommateur et l’agriculteur, de diminuer les produits phytosanitaires en connaissant mieux les facteurs environnementaux, et bien d’autres évolutions.

Connaître l’Adn de son sol pour mieux le préserver

Connaître l’Adn de son sol pour mieux le préserver from Miamedia TV on Vimeo.

Prélever, analyser et séquencer l’ADN des sols, c’est le travail des chercheurs de l’Inra Dijon. L’objectif ? Mieux connaître son sol pour davantage le protéger.