Résilience paysanne : comment développer le self-service ?

Vente directe et self service en agriculture : l’exemple suisse. from Miamedia TV on Vimeo.
En reportage dans le Canton de Vaud, en Suisse, il n’est pas rare d’y croiser des self service chez les agriculteurs. Frigidaire à lait, self directement sur l’exploitation, petit magasin de village, le self est à la mode et permet aux agriculteurs de la région de réaliser des ventes en local et avec un temps de travail et de disponibilité limité.

Dans cette vidéo réalisée pour la Direction Générale Agricole du canton de Vaud, nous vous présentons le self du village de Puidoux monté par un collectif d’agriculteurs innovants.

self1

Si la pratique, peu couteuse et efficace n’est pas encore souvent mise en place, c’est souvent par peur des vols et par manque de compétences en communication. Mais le numérique pourrait bien changer les mentalités, notamment avec la facilité à prendre en charge les paiements numériques. Le paiement par téléphone notamment, permet aux clients de payer sans avoir de monnaie ni même de carte bancaire. Des systèmes de caméra surveillance peuvent également être utilisé pour prévenir les vols.

Si de plus en plus d’agriculteurs passent sur les réseaux sociaux, c’est aussi parce qu’ils comprennent la possibilité de faire de meilleur marge grâce à la vente directe et donc via la communication. Le self service devrait se développer à mesure que la vente directe augmente.

self2

Si certains estiment que le « libre service » diminue la rencontre directe entre vendeurs et acheteurs, d’autres arguent du fait que les selfs service étant souvent placés sur l’exploitation, ils permettent au contraire de la remettre symboliquement au centre du circuit.

self3

Agriculture : Créer son espace de vente directe

Un espace de vente directe innovant a vu le jour en plein centre du village de Puidoux , à une quinzaine de kilomètre de Lausanne. Sur l’initiative de Laurent Chaubert, plusieurs producteurs de la région se sont regroupés pour offrir une diversité de produit locaux à la population.

Le magasin fonctionne en libre-service et est ouvert entre 8 et 20 h tous les jours de la semaine. Les clients ont la possibilité de payer par TWINT ou en cash et le local est maintenant équipé d’une caisse spécifique avec tous les articles enregistrés. 

Afin d’assurer un minimum de surveillance et la bonne conduite du magasin, un système de surveillance caméra a été installé, permettant à Laurent de garder un œil sur son magasin en tout temps via son smartphone.

self4

Grâce à la collaboration de plusieurs producteurs, l’offre est généreuse et fait le succès de ce self-service. Pain, fromage, œufs, sirop, charcuterie, viande, huile et divers produits de saison sont disponibles.

Le magasin n’est pas à but lucratif et ne prend qu’une marge minimal pour assurer son fonctionnement, ceci afin de rémunérer au mieux les producteurs et d’offrir des prix intéressants pour les consommateurs.

Cette initiative permet ainsi de rapprocher consommateurs et producteurs et de favoriser l’économie circulaire et la consommation locale.

L’ouverture d’un espace directe permet donc de diminuer la dépendance d’un agriculteur face aux acheteurs en diversifiant ses canaux de distribution. Ce faisant, il augmente sa capacité de résilience face aux aléas des marchés. Mais plus encore, ce projet montre que la vente directe peut être un vecteur d’innovation : il a d’ors et déjà permit d’augmenter la diversification de plusieurs exploitations agricoles et de réunir producteurs et consommateurs.  

Vidéo réalisée par Miamedia

Merci à la DGAV pour son éclairage sur le sujet.

Les variétés anciennes : c’est moderne !

 

La résilience de l’agriculture est l’un des cinq objectifs majeurs de l’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Il est possible de créer des conditions favorables à l’émergence d’innovations. Ainsi, la création d’un ecosystème pluridisciplinaire rendant les interactions entre acteurs de différents horizons (agriculteurs, ingénieurs, distributeurs, économistes, consommateurs, chercheurs et même artistes) permet d’éclairer un besoin sous une multitude d’angles, de partager les idées et de révéler des opportunités. La quantité et la qualité des innovations dépendent grandement du nombre d’erreurs accumulées. Il est donc nécessaire de créer les conditions et de mettre à disposition les outils permettant de tester les idées rapidement et à moindre frais. L’innovation est également un état d’esprit particulier qu’il s’agit de développer et de cultiver.

 

C’est dans ce cadre qu’est né le projet « Résilience paysanne » porté par la DGAV, la Direction Générale Agricole du canton de Vaud, en Suisse.

Première vidéo de ce projet : la culture de variétés anciennes.

miamedia7

Planter des variétés anciennes pour améliorer la résilience de son exploitation : 

Rendre son exploitation agricole plus autonome voici le pari gagnant que Cédric Chezeaux, agriculteur, et sa famille à Juriens ont décidé de relever.  Après la reprise de la ferme familiale en 2005 et la reconversion de l’exploitation en bio en 2007. Cédric prend  un nouveau tournant majeur et décide d’arrêter l’élevage de vache laitière en 2013

Cédric décide de se tourner vers les variétés rustiques de céréales qui offrent une meilleure adaptation au terroir ainsi qu’aux conditions climatiques. Ces variétés ont également une bien meilleure tolérance face aux maladies et demandent moins de traitements ce qui diminue les coûts de machinisme. De plus, en favorisant les circuits-courts, Cédric arrive à obtenir un prix rémunérateur pour ses différentes productions.

Afin de valoriser ses céréales, Cédric a opté pour la production de farine et s’est équipé d’un moulin Astrié, nom tiré des frères qui l’ont inventé. Ce moulin s’adapte particulièrement bien aux petites structures et produit une farine de qualité. Avec l’arrivée du moulin sur l’exploitation, Cédric à du acquérir de nouvelles compétences.

Pour Cédric Chezeaux, développer de nombreux partenariats avec des artisans boulangers, mais également une étroite collaboration avec d’autres producteurs portés par les mêmes valeurs sont la clé de son succès. 

En développant son projet, Cédric a gagné en autonomie et en liberté, a diversifié sa clientèle créé de nouveaux partenariats. Il s’est ainsi ouvert sur une agriculture correspondant à ses valeurs et pleine de perspective.

miamedia8

Plus de diversité génétique dans les champs pour une agriculture plus durable

2La diversité génétique devrait jouer un rôle essentiel dans ce modèle, en contribuant à l’adaptabilité et à la résilience face aux stress dans des systèmes à bas intrants [5,6] :

  • les variétés sélectionnées pour leur haute productivité dans des conditions de culture intensive ont peu de chance d’être adaptées à des conditions plus variables, spécialement dans un contexte de réduction des intrants. Il est attendu de la diversité génétique une régularité de la production et une adaptabilité à des conditions changeantes – même si ces prédictions théoriques ont été insuffisamment évaluées en pratique [7] ;
  • la durée de vie des variétés commerciales est de l’ordre de cinq ans, et les gènes de résistance aux maladies sont contournés dès qu’ils sont déployés sur une certaine surface de culture. L’association en mélange de variétés porteuses de gènes de résistance différents, et de façon générale, l’accroissement de la diversité génétique des peuplements, doit permettre d’augmenter la durabilité des résistances [8,9] et de prolonger l’utilisation de ces variétés ;
  • la variabilité génétique des plantes cultivées est susceptible de favoriser la diversité spécifique et infra-spécifique des autres communautés d’un agro-écosystème, et ainsi d’améliorer les services écologiques (contrôle des maladies, régulation des phytophages, symbioses mycorhiziennes, fertilité du sol…).

La réduction des intrants induit plus de différences entre les milieux et entre les conditions de culture, et les environnements pour lesquels on cible la sélection (environnements cibles) deviennent alors trop différents entre eux pour qu’il soit possible de sélectionner une seule variété qui soit performante partout [10,11]. De nombreuses expériences montrent que des génotypes différents répondent différemment lorsqu’on les confronte à des environnements très contrastés (interaction Génotype x Environnement, GxE).

Il convient alors de développer des variétés ou populations adaptées spécifiquement aux conditions locales (environnement, sol, climat, pratiques agricoles, débouchés…) et/ou génétiquement hétérogènes et donc plus adaptables aux milieux différents. Dans ces conditions, on est incapable de prédire la performance des populations et des variétés dans leurs milieux cibles à partir d’une évaluation en conditions optimales (ex : station expérimentale de sélection). C’est pourquoi seules une évaluation et une sélection décentralisées, c’est-à-dire réalisées dans les environnements cibles avec une analyse des interactions GxE, permettront d’identifier les meilleures variétés ou populations pour chaque environnement cible .