Agriculteur : quelles aides pour vous installer en Dordogne

L’accompagnement à l’installation avec la Chambre d’agriculture de Dordogne 

Portrait de Georgia Durand et Bastien Lecron

GAEC Le Jardin Maraicher à Parcoul-Chenaud

Portrait d’OLIVIER PETIT & THOMAS PETE

Earl PARC DU BROC à La Jemaye Ponteyraud

Chaque année, la chambre d’agriculture de Dordogne accompagne de nombreux agriculteurs dans leur installation. Grâce à la dotation Jeunes agriculteurs, ces entrepreneurs ont pu bénéficier d’une aide financière et technique adaptée.

C’est le cas de Georgia et Bastien, parents de 3 enfants, qui ont pu prendre le temps nécessaire pour mettre en place un circuit de commercialisation. 

Après une phase d’expérimentation ou Bastien garde son précédent emploi, ils constatent que l’activité est rentable, avec une demande forte en produits Bio.  

Young man in field

Très vite, Georgia intègre une AMAP à Saint-Aulaye, et propose ses produits sous forme de paniers bio. Avec l’association les Paniers de la Double, elle peut vendre directement ses produits aux consommateurs qui s’engagent à prendre un nombre de paniers au trimestre. Elle rejoint alors une seconde association et assure également des livraisons à la « Ruche qui dit oui », ce qui lui permet d’assurer la commercialisation d’une bonne partie de sa production. 

En 2018, Bastien quitte son emploi et rejoint Georgia. Il obtient lui aussi la Dotation jeunes agriculteurs et ensemble, ils créent le GAEC Le Jardin Maraicher. Depuis, le couple a décroché un nouveau circuit de vente avec une boutique de producteurs basée à Chalais en Charente. 

Aujourd’hui Bastien et Georgia font figures d’exemple en matière d’installation. Ils accueillent des personnes en phase d’installation et leur exploitation qui est devenue une « ferme référence » accueille des porteurs de projets et ponctuellement des stagiaires. 

 

Olivier Petit a lui aussi bénéficié de l’accompagnement de la Chambre d’Agriculture de Dordogne. Depuis 2008, il a repris l’exploitation de ses parents et compte un beau cheptel de 225 têtes qui s’étend sur 150 hectares. 

Avec la Chambre d’agriculture, Olivier relève deux défis : réorganiser l’exploitation suite à sa transmission et trouver un associé à Olivier pour pouvoir conserver le cheptel.

Grâce à un stage parrainage, un candidat à la reprise se fait connaître : c’est Thomas. Pendant un an, il sera aux côtés d’Olivier, en conditions réelles sur l’exploitation. Thomas entame des démarches pour s’installer rapidement et décroche une aide via la Dotation Jeunes agriculteurs en 2017 et c’est en janvier 2018 que les deux hommes deviennent associés de l’EARL Parc du Broc.

L’opération est un succès et ensemble, ils envisagent d’augmenter la surface de leur exploitation et d’atteindre l’autonomie alimentaire. 

Pour en savoir plus sur les aides et le suivi à l’installation, rendez vous sur le site de la Chambre de Dordogne.

Technicienne qui témoigne pour les deux profils de témoins : Saliha Hadj-Naceur, conseillère d’entreprise, référente installation.

 

Serre mobile :un exemple d’auto-construction en agriculture

Les standards des machines agricoles ne sont pas toujours adaptés à toutes les méthodes

Les standards des machines agricoles ne sont pas toujours adaptés à toutes les méthodes culturales et certains outils innovants sont difficiles à trouver. Une bonne solution permettant d’avoir un outil parfaitement sur mesure réside dans l’auto-construction. C’est ce que Victor Bovy, agriculteur à Longirod, a entrepris afin de convertir une de ses serres tunnel en serre mobile. Pour l’aider dans ce processus il a fait appel à l’atelier paysan:

Auto-construire avec l’atelier paysan c’est avant tout apprendre et participer à un perfectionnement constant des prototypes réalisés. C’est également la garantie de savoir ajuster et réparer ses outils en cas de besoin et donc de gagner en indépendance. Les plans développés par l’atelier paysan sont accessibles gratuitement sur leur site dans le but de partager le savoir et de rendre les agriculteurs maîtres de leurs outils. Ils organisent également des formations régulières pour apprendre les bases du travail du métal et de la lecture de plan.

fg

Rester maître de ses outils

Dans ce cas de figure l’auto-construction a permis de recycler une vielle serre tunnel et d’en faire un outil beaucoup plus polyvalent, qui correspond parfaitement aux envies et à la façon de travailler de Victor.

L’auto-construction est donc intéressante à bien des égards; elle permet de développer des solutions adaptées à la variabilité des contextes et des méthodes de travail, de rester maître de ses outils et également de favoriser les échanges et le perfectionnement de machine pour un travail de qualité correspondant au personnalité et aux convictions de chacun.   

dfs

Livrer le lait sur le pas de la porte : un charme moderne

Livraison du lait sur le pas de la porte : une pratique innovante !

La situation économique des exploitations laitières devenant de plus en plus précaire, certains agriculteurs ont élaborés des solutions innovantes pour pouvoir continuer la pratique de leur métier. C’est le cas d’Alain Chabloz, qui gère une exploitation de 90ha. Depuis 2011, afin d’obtenir une meilleure rémunération d’une partie de sa production, il a développé la vente de lait directe. Découvrez son histoire dans la vidéo ci-dessus.

Après la grève de 2009, afin de ne pas gâcher le lait non commercialisé, Alain et sa famille transforme le lait en crème et en beurre afin de l’écouler localement, au bouche à oreille. Constatant l’intérêt général, ils cherchent à développer le créneau mais les normes d’hygiènes les poussent à trouver une alternative moins contraignante. La vente directe du lait cru apparait alors comme une bonne solution.
Après la demande de certains consommateurs, ils se décident à tenter la vente directe. Les clients répondent rapidement présent et ce jusqu’à Renens-Prilly.

Agriculteurs laitiers en vente directe : mode d’emploi

Le lait est livré deux fois par semaine, après la traite du soir le lundi et jeudi. Il est également possible de venir chercher le lait directement à la ferme le matin ou le soir, chaque jour de la semaine. De plus un frigo en self-service est mis à disposition 24h/24h dans le village. En plus des clients privés, Alain a développé une collaboration avec un boulanger à qui il livre chaque semaine du lait frais.

La vente directe permet d’avoir un revenu supplémentaire. En multipliant les canaux de distribution, les Chabloz ne sont plus tributaires d’un seul acheteur et diminue ainsi les risques en devenant plus résilient. Pour se lancer dans un tel projet il faut avoir envie d’avoir le contact avec les clients, et être conscient que cela prend du temps. Entre le remplissage des bouteilles, les livraisons et la gestion du frigo. Mais la vente directe lui a permis de continuer la production de lait.

Avec un avenir incertain en raison des difficultés de la filière du lait, cette démarche a permis d’assurer la pérennité de la ferme de la famille Chabloz. En recréant le lien entre producteurs et consommateurs, le travail fourni et les produits sont ainsi rémunérés et valorisés à leur juste valeur. De plus le dialogue retrouvé permet une meilleure compréhension du métier et des difficultés qui en découlent.

indexDu lait frais déposé chaque matin devant sa porte avant l’heure du petit déjeuner c’est désormais possible en Loire Atlantique et peut-être bientôt dans toute la France. La fraicheur, la traçabilité, sans pasteurisation et sans écrémage sont des attouts non négligeables mais aussi pour l’agriculteur un moyen  de mieux rémunérer son travail quotidien.

La vente de lait frais à domicile permet à un jeune couple d’assurer 5 % de son chiffres d’affaires, avec aussi le reconnaissance des clients pour les heures passées à s’occuper de son cheptel

Pour recevoir son lait frais le matin, le client laisse un message sur le répondeur de la ferme en précisant la quantité de lait à livrer. C’est aussi une solution écologique ! Plus de bouteille à jeter !

 

Résilience paysanne : comment développer le self-service ?

Vente directe et self service en agriculture : l’exemple suisse. from Miamedia TV on Vimeo.
En reportage dans le Canton de Vaud, en Suisse, il n’est pas rare d’y croiser des self service chez les agriculteurs. Frigidaire à lait, self directement sur l’exploitation, petit magasin de village, le self est à la mode et permet aux agriculteurs de la région de réaliser des ventes en local et avec un temps de travail et de disponibilité limité.

Dans cette vidéo réalisée pour la Direction Générale Agricole du canton de Vaud, nous vous présentons le self du village de Puidoux monté par un collectif d’agriculteurs innovants.

self1

Si la pratique, peu couteuse et efficace n’est pas encore souvent mise en place, c’est souvent par peur des vols et par manque de compétences en communication. Mais le numérique pourrait bien changer les mentalités, notamment avec la facilité à prendre en charge les paiements numériques. Le paiement par téléphone notamment, permet aux clients de payer sans avoir de monnaie ni même de carte bancaire. Des systèmes de caméra surveillance peuvent également être utilisé pour prévenir les vols.

Si de plus en plus d’agriculteurs passent sur les réseaux sociaux, c’est aussi parce qu’ils comprennent la possibilité de faire de meilleur marge grâce à la vente directe et donc via la communication. Le self service devrait se développer à mesure que la vente directe augmente.

self2

Si certains estiment que le « libre service » diminue la rencontre directe entre vendeurs et acheteurs, d’autres arguent du fait que les selfs service étant souvent placés sur l’exploitation, ils permettent au contraire de la remettre symboliquement au centre du circuit.

self3

Agriculture : Créer son espace de vente directe

Un espace de vente directe innovant a vu le jour en plein centre du village de Puidoux , à une quinzaine de kilomètre de Lausanne. Sur l’initiative de Laurent Chaubert, plusieurs producteurs de la région se sont regroupés pour offrir une diversité de produit locaux à la population.

Le magasin fonctionne en libre-service et est ouvert entre 8 et 20 h tous les jours de la semaine. Les clients ont la possibilité de payer par TWINT ou en cash et le local est maintenant équipé d’une caisse spécifique avec tous les articles enregistrés. 

Afin d’assurer un minimum de surveillance et la bonne conduite du magasin, un système de surveillance caméra a été installé, permettant à Laurent de garder un œil sur son magasin en tout temps via son smartphone.

self4

Grâce à la collaboration de plusieurs producteurs, l’offre est généreuse et fait le succès de ce self-service. Pain, fromage, œufs, sirop, charcuterie, viande, huile et divers produits de saison sont disponibles.

Le magasin n’est pas à but lucratif et ne prend qu’une marge minimal pour assurer son fonctionnement, ceci afin de rémunérer au mieux les producteurs et d’offrir des prix intéressants pour les consommateurs.

Cette initiative permet ainsi de rapprocher consommateurs et producteurs et de favoriser l’économie circulaire et la consommation locale.

L’ouverture d’un espace directe permet donc de diminuer la dépendance d’un agriculteur face aux acheteurs en diversifiant ses canaux de distribution. Ce faisant, il augmente sa capacité de résilience face aux aléas des marchés. Mais plus encore, ce projet montre que la vente directe peut être un vecteur d’innovation : il a d’ors et déjà permit d’augmenter la diversification de plusieurs exploitations agricoles et de réunir producteurs et consommateurs.  

Vidéo réalisée par Miamedia

Merci à la DGAV pour son éclairage sur le sujet.