Chaudière à bois : une énergie adaptée pour les agriculteurs

 

Chaudière à copeaux from Miamedia TV on Vimeo.
Laurent Chaubert, agriculteur à Puidoux, a installé une chaudière à copeaux sur son exploitation. L’objectif de cette démarche est avant tout d’augmenter son autonomie énergétique tout en valorisant une ressource existante sur son terrain. 

miamedia4

Une fois abattus, les arbres sont ébranchés, puis broyés pour cinq francs le mètre cube. Les copeaux doivent ensuite être séchés puis amené à la chaudière. Pour un agriculteur, la logistique nécessaire au stockage des copeaux et à l’alimentation de la chaudière n’est pas vraiment un problème comme l’explique Laurent:

La mise en place d’une chaudière à copeaux offre une grande indépendance en source d’énergie. En plus d’alléger ses charges énergétiques, Laurent Chaubert est moins dépendant des variations du coût des hydrocarbures, ce qui lui permet d’augmenter sa résilience en temps de crise.

Avec l’installation d’un silo de stockage et de séchage, le bénéfice du passage aux copeaux de bois n’est pas immédiat, mais est un investissement qui porte ses fruits sur le long terme. Cette démarche s’inscrit également dans une réflexion de durabilité et d’autosuffisance.

miamedia1

1 UNE ENERGIE COMPETITIVE

Tout d’abord, le bois est un combustible bon marché.

D’après Quercy Energies

De plus, des aides publiques sont accordées aux particuliers pour l’acquisition du matériel et son installation (taux réduit de TVA à 5,5 pour l’achat d’une chaudière à bois et des radiateurs, réduction d’impôt à raison de 40% des dépenses TTC, subvention possible de l’ANAH).

 

2 UNE ENERGIE POUR LE DEVELOPPEMENT LOCAL

A consommation égale, l’énergie bois crée en moyenne 4 fois plus d’activités que le gaz ou le pétrole. Ces emplois contribuent directement au soutien d’activités locales.
De plus, elle participe à la valorisation du patrimoine forestier en ouvrant de nouveaux débouchés à des produits difficilement utilisables par ailleurs.

miamedia3

3 UNE ENERGIE PROPRE

L’utilisation énergétique du bois n’entraîne pas de destockage de carbone, et permet ainsi de réduire les émissions de gaz carbonique en se substituant à la combustion d’énergies fossiles. Par ailleurs, les chaudières actuelles respectent les normes de rejets polluants dans l’atmosphère grâce à des systèmes performants de filtrage ou de lavage des gaz de combustion.

 

 

Electricité : base

0,11 €/kWh

Propane

0,08 €/kWh

Fioul domestique

0,047 €/kWh

Gaz naturel

0,038 €/kWh

Bois (Très variable en fonction du type de combustible)

 

Environ 0,02 €/kWh

4 UNE ENERGIE REGIONALE ET ABONDANTE

3ème région de France en surface de forêts, Midi-Pyrénées dispose d’une surface boisée de 1 156 000 hectares, à dominante de feuillus avec une proportion de taillis sous exploités et vieillis. Elle connaît un accroissement annuel de 3 m3/ha/an.

Taux de boisement de Midi-Pyrénées

Source : CRPF

La forêt publique occupe 18% de la surface. La forêt privée occupe 82% soit 941 780 et concerne 338 000 propriétaires.
La forêt paysanne était estimée en 2002 à 425 000 ha et appartenait à 66 000 agriculteurs. Une configuration en parcelles très morcelées (surface moyenne de 2.8 ha) handicape la mise en valeur et la mobilisation du bois.
Ces chiffres ne tiennent pas compte des espaces boisées non forestiers composés de haies, bosquets, bandes boisées qui constituent un gisement d’une valeur économique non négligeable pour le monde agricole.

Ressource renouvelable, créatrice d’emploi et respectueuse de l’environnement, la valorisation du bois représente un atout considérable pour le développement local et l’entretien du territoire.

 

Miamedia est le spécialiste de la communication agricole. Un projet de recherche en agriculture à valoriser ? Contactez-nous !

La réorganisation productive en agriculture, qu’est-ce que c’est ?

 

 

Innover en agriculture ? Pas juste une question de technique !

Depuis le milieu du siècle dernier, l’agriculture française a connu de profondes évolutions qui en quelques décennies, ont fortement modifié les modèles économiques et les paysages ruraux. Aujourd’hui, l’agriculture française doit faire face à une nouvelle mutation : les besoins des consommateurs et consommatrices évoluent ainsi que les attentes des citoyens et des citoyennes face au défi majeur du changement climatique  à la santé des écosystèmes, la disponibilité de l’eau, la qualité des sols, etc… Plus encore, la mondialisation continue de rendre les marchés volages et il faut faire face à des fluctuations permanentes des prix.

Confrontée à cette situation sans précédent, l’innovation technique seule suffira-t-elle ? L’agriculture dispose heureusement de nombreux autres atouts dans ses territoires  pour innover.

D1XcsEUWkAEY_xR

Selon Marc Giget, docteur en économie du développement, un récent sondage (Etude OpinionWay, 2016) montre qu’en général, les citoyens réclament des innovations « qui améliorent vraiment la vie » avec comme principales attentes :

  • –  me simplifier la vie (49%),
  • –  préserver l’environnement (42%),
  • –  être accessible au plus grand nombre (41%).

L’innovation en agriculture revêt diverses formes

Les récentes innovations agricoles prouvent qu’une amélioration de la qualité du travail et des produits se fait parfois par d’autres leviers que l’augmentation de la production. L’innovation n’est pas seulement technologique, elle revet diverses formes : elle peut être sociale (management, regroupements, solidarités…), organisationnelle (autonomie fourragère, diversification, valorisation du travail…) ou encore numérique (réseaux d’agriculteurs, application des recherches, techniques…).

Face aux défis, l’innovation est souvent la seule solution. En agriculture, les agriculteurs qui souhaitent augmenter leur capacité de résilience face aux difficultés du siècle à venir se réunissent et innovent souvent de concert pour améliorer leur efficience organisationnelle.

S’agissant tout d’abord du volet économique, dans un contexte marqué par la dérégulation de certains marchés devenus mondiaux, l’objectif principal est d’assurer la viabilité et la pérennité des exploitations et de garantir un niveau de rémunération satisfaisant aux agriculteurs et agricultrices et aux salariés et salariées.

Pour innover, le monde agricole s’ouvre également davantage aux autres secteurs d’activité. Marketing, communication, export, labelisations, règlementations, tous les domaines sont bons pour permettre aux agriculteurs de mieux vivre de leur activité. La très bonne santé du site « miimosa », plateforme de financement collaboratif en agriculture peut en attester, l’innovation agricole se porte bien et elle est souvent le fruit de projets collectifs.

Face à l’urgence environnementale mondiale, l’innovation en agriculture peut devenir un véritable atout en matière de compétitivité. Mais la concurrence internationale entre des produits agricoles européens soumis à des normes sanitaires et environnementales nécessaires décidées collectivement, et d’autres qui n’ont pas ces normes, conduit à une course permanente à la recherche de prix toujours plus bas et peut ainsi impacter la capacité des agriculteurs et des agricultrices européens à innover. Il faut donc parfois se tourner vers de nouvelles formes d’innovations, dont les circuits économiques, sociaux et intellectuels sont en permanence à réinventer.

« Le progrès ne vaut que s’il est partagé par tous ».  Aristote

maxresdefault

Le projet REPRO-INNOV vise à étudier et à caractériser ces nouvelles formes d’organisation productive au sein des filières agro-alimentaires, à partir d’approches pluridisciplinaires en sciences sociales visant l’analyse des processus d’innovation. L’objectif est de mieux comprendre comment des innovations peuvent ou non favoriser la transition vers des systèmes agro-alimentaires plus durables. Ce projet s’organise en 3 volets de recherche qui visent à croiser des regards complémentaires sur l’innovation régionale dans l’agro-alimentaire : un premier volet porte sur les dynamiques nationales et régionales d’innovations, un second propose des travaux sur les coopératives agricoles et enfin un troisième volet, sur l’articulation entre réseaux d’entreprises et territoires pour des projets innovants.

Plus d’informations : http://psdr.fr/archives/INS413PDFN1.pdf)  

Un des objectifs est donc de mieux comprendre l’influence des dimensions spatiale et de mises en réseau d’acteurs sur les processus d’innovation et sur leurs performances à l’aide d’une méthodologie d’analyse qualitative par entretiens pour comprendre comment les innovations sont mises en place par des acteurs de la filière dans les territoires

« L’innovation n’est pas seulement technologique, elle revet diverses formes »

Les objectifs du projet : étudier et caractériser les nouvelles formes d’organisation productive au sein des filières agroalimentaires

L’innovation est abordée au sens large à la fois dans ses dimensions techniques, organisationnelles et institutionnelles.

Les entreprises mobilisent leurs ressources internes pour innover, mais l’innovation dépend aussi de leur capacité à mobiliser leur environnement externe, qui renvoie à des dimensions sectorielles et de marché, mais aussi à l’environnement géographique et institutionnel. L’innovation s’inscrit donc dans un cadre ouvert, où l’accent est mis sur l’analyse des interactions entre acteurs (co-évolution), tant dans la dimension de coordination entre les acteurs d’une filière que dans celle de la co-existence de différentes formes d’organisation à l’échelle des territoires.

REPRO-INNOV : Réorganisations productives et innovations dans les filières agroalimentaires

Acteurs - filières agroalimentaires - territoire
Cette vidéo a été réalisée par :
pn8KvAyu

Agroforesterie : l’arbre source de fertilité

Agroforesterie : l’arbre source de fertilité from Miamedia TV on Vimeo.

L’agroforesterie désigne les pratiques, nouvelles ou historiques, associant arbres, cultures et-ou animaux sur une même parcelle agricole. Ces pratiques permettent une meilleure fertilité des sols, notamment par sa capacité à stocker en continu le carbone nécessaire aux cultures et à favoriser la présence de micro-organismes, véritables artisans de la fertilité des sols.

Les Culturales 2018

Les Culturales auront lieu les 6 et 7 juin 2018 à l’Isle-Jourdain près de Toulouse dans le Gers (32). Cette édition exceptionnelle du salon au champ organisée par ARVALIS s’adresse aux producteurs à la recherche d’expertises et d’innovations pour la performance de leur exploitation.

ESA École Supérieure d’Agricultures basée à Angers

 

A l’esa, on apprend l’agriculture et la recherche autrement

Miamedia continue son tour de France des EPL et des écoles d’agronomie engagés dans la recherche et l’expérimentation. Au programme aujourd’hui, une présentation de l’esa. A venir, d’autres vidéos de l’esa pour la rubrique « recherche » et « événements » .

Le premier MOOC sur l’Agriculture Biologique, c’est par ici !

Un cours en ligne pour le grand public pour tout savoir sur le Bio

VetAgro Sup lance en ce début d’année un MOOC (Massive Open Online Courses)* sur l’agriculture biologique intitulé MOOC BIO. Porté par VetAgro Sup et co-construit avec Agreenium et l’INRA, cette formation en ligne s’adresse à un large public : que vous soyez étudiant, élu local, salarié, citoyen, consommateur, agriculteur… venez comprendre et questionner l’Agriculture Biologique.

Quelle agriculture pour le XXIème siècle ? Une conférence de Benoit Biteau

 

Les défis de l’agriculture au XXIème siècle

Quelle agriculture va permettre de nourrir l’humanité de demain ? C’est la question à laquelle tente de répondre Benoît Biteau, paysan et ingénieur. Il a travaillé sur les OGM, le clonage, vendu des pesticides, avant de se rendre compte de l’impasse dans laquelle cette logique menait l’agriculture et l’humanité. Il a alors choisi de s’engager pour défendre les intérêts des générations futures en développant une autre forme d’agriculture.

Big data, innovation digitale et agriculture

ferme-digitale-miamedia from Miamedia TV on Vimeo.

La gestion de la donnée dans le monde agricole va changer le travail des agriculteurs de demain. Connectés, il sera possible de rapprocher le consommateur et l’agriculteur, de diminuer les produits phytosanitaires en connaissant mieux les facteurs environnementaux, et bien d’autres évolutions.