Agriculteur : quelles aides pour vous installer en Dordogne

L’accompagnement à l’installation avec la Chambre d’agriculture de Dordogne 

Portrait de Georgia Durand et Bastien Lecron

GAEC Le Jardin Maraicher à Parcoul-Chenaud

Portrait d’OLIVIER PETIT & THOMAS PETE

Earl PARC DU BROC à La Jemaye Ponteyraud

Chaque année, la chambre d’agriculture de Dordogne accompagne de nombreux agriculteurs dans leur installation. Grâce à la dotation Jeunes agriculteurs, ces entrepreneurs ont pu bénéficier d’une aide financière et technique adaptée.

C’est le cas de Georgia et Bastien, parents de 3 enfants, qui ont pu prendre le temps nécessaire pour mettre en place un circuit de commercialisation. 

Après une phase d’expérimentation ou Bastien garde son précédent emploi, ils constatent que l’activité est rentable, avec une demande forte en produits Bio.  

Young man in field

Très vite, Georgia intègre une AMAP à Saint-Aulaye, et propose ses produits sous forme de paniers bio. Avec l’association les Paniers de la Double, elle peut vendre directement ses produits aux consommateurs qui s’engagent à prendre un nombre de paniers au trimestre. Elle rejoint alors une seconde association et assure également des livraisons à la « Ruche qui dit oui », ce qui lui permet d’assurer la commercialisation d’une bonne partie de sa production. 

En 2018, Bastien quitte son emploi et rejoint Georgia. Il obtient lui aussi la Dotation jeunes agriculteurs et ensemble, ils créent le GAEC Le Jardin Maraicher. Depuis, le couple a décroché un nouveau circuit de vente avec une boutique de producteurs basée à Chalais en Charente. 

Aujourd’hui Bastien et Georgia font figures d’exemple en matière d’installation. Ils accueillent des personnes en phase d’installation et leur exploitation qui est devenue une « ferme référence » accueille des porteurs de projets et ponctuellement des stagiaires. 

 

Olivier Petit a lui aussi bénéficié de l’accompagnement de la Chambre d’Agriculture de Dordogne. Depuis 2008, il a repris l’exploitation de ses parents et compte un beau cheptel de 225 têtes qui s’étend sur 150 hectares. 

Avec la Chambre d’agriculture, Olivier relève deux défis : réorganiser l’exploitation suite à sa transmission et trouver un associé à Olivier pour pouvoir conserver le cheptel.

Grâce à un stage parrainage, un candidat à la reprise se fait connaître : c’est Thomas. Pendant un an, il sera aux côtés d’Olivier, en conditions réelles sur l’exploitation. Thomas entame des démarches pour s’installer rapidement et décroche une aide via la Dotation Jeunes agriculteurs en 2017 et c’est en janvier 2018 que les deux hommes deviennent associés de l’EARL Parc du Broc.

L’opération est un succès et ensemble, ils envisagent d’augmenter la surface de leur exploitation et d’atteindre l’autonomie alimentaire. 

Pour en savoir plus sur les aides et le suivi à l’installation, rendez vous sur le site de la Chambre de Dordogne.

Technicienne qui témoigne pour les deux profils de témoins : Saliha Hadj-Naceur, conseillère d’entreprise, référente installation.

 

Zone Tampon Humide : une solution pour préserver la qualité de l’eau ?

 

ZTH : Faire cheminer l’eau dans un bassin pendant  7 à 20 jours pour la dépolluer

Réduire efficacement les transferts par ruissellement ou par drainage des engrais et des pesticides est un enjeu fondamental pour la protection de la ressource en eau. Nous vous proposons de découvrir trois expériences d’installation de zones tampons humides artificielles par trois lycées agricoles, en partenariat avec les professionnels de leur territoire respectif, des acteurs de la recherche et du développement et avec le soutien notamment des Agences de l’eau et/ou des collectivités.

Rendez-vous à Yvetot, où a été mise en place la première zone tampon humide artificielle de Normandie sur une parcelle de l’exploitation du lycée, en partenariat avec  l’AREA  (association de recherche sur le ruissellement l’érosion et l’aménagement du sol et le syndicat d’eau du territoire). Ici, les problèmes liés aux normes d’eau potable nécessitent une réponse adaptée.

L’eau utilisée en agriculture passe dans la nappe phréatique via des cavités dans les structures calcaires. L’eau qui arrive au captage est polluée au delà des normes, il faut trouver des solutions.

Parmi les différentes pratiques testées, la zone tampon humide artificielle semble prometteuse. Son principe ? Faire cheminer l’eau dans un bassin creusé, pendant une durée de 7 à 20 jours. Après un passage dans une fosse de sédimentation, les eaux polluées sont exposées aux UV, qui dégradent les molécules nocives et également aux bactéries, dont l’implantation est favorisée par une végétalisation spécifique. La zone tampon est donc adaptée pour dépolluer les eaux superficielles et abaisser la contamination des milieux aquatiques.

ZTH : 50% d’efficacité selon les propriétés des molécules polluantes.

A Bourg-en-Bresse, la zone tampon humide artificielle a aussi une visée expérimentale et pédagogique. Accessible aux étudiants mais aussi aux agriculteurs de la région, elle permet de réaliser un suivi et des mesures sur plusieurs années.

D’après la bibliographie, l’efficacité moyenne des zones tampons humides artificielles pour l’abattement de la charge en pesticides et des résidus est d’environ 50% selon les propriétés des molécules polluantes. L’eau en sortie de zone peut donc toujours dépasser les normes en vigueur. Autre contrainte, la saisonnalité de la zone et les questions liées au foncier. De nombreux agriculteurs ont choisi d’adapter la méthode à leur territoire.

La zone tampon humide artificielle n’est pas «un système « magique » et doit être couplé à une évolution des pratiques agronomiques. Elle a aussi d’autres avantages notamment pour la biodiversité. En effet, les zones de grandes cultures sur plateaux forment souvent un obstacle à la circulation des espèces. Or, les zones humides participent à la restauration des continuités écologiques. Dans certaines régions, 80% des milieux humides ont disparu en un siècle. Qualité de l’eau, biodiversité et adaptation au climat, la zone tampon humide artificielle a donc de nombreux atouts. 

Serre mobile :un exemple d’auto-construction en agriculture

Les standards des machines agricoles ne sont pas toujours adaptés à toutes les méthodes

Les standards des machines agricoles ne sont pas toujours adaptés à toutes les méthodes culturales et certains outils innovants sont difficiles à trouver. Une bonne solution permettant d’avoir un outil parfaitement sur mesure réside dans l’auto-construction. C’est ce que Victor Bovy, agriculteur à Longirod, a entrepris afin de convertir une de ses serres tunnel en serre mobile. Pour l’aider dans ce processus il a fait appel à l’atelier paysan:

Auto-construire avec l’atelier paysan c’est avant tout apprendre et participer à un perfectionnement constant des prototypes réalisés. C’est également la garantie de savoir ajuster et réparer ses outils en cas de besoin et donc de gagner en indépendance. Les plans développés par l’atelier paysan sont accessibles gratuitement sur leur site dans le but de partager le savoir et de rendre les agriculteurs maîtres de leurs outils. Ils organisent également des formations régulières pour apprendre les bases du travail du métal et de la lecture de plan.

fg

Rester maître de ses outils

Dans ce cas de figure l’auto-construction a permis de recycler une vielle serre tunnel et d’en faire un outil beaucoup plus polyvalent, qui correspond parfaitement aux envies et à la façon de travailler de Victor.

L’auto-construction est donc intéressante à bien des égards; elle permet de développer des solutions adaptées à la variabilité des contextes et des méthodes de travail, de rester maître de ses outils et également de favoriser les échanges et le perfectionnement de machine pour un travail de qualité correspondant au personnalité et aux convictions de chacun.   

dfs

Le projet Res’eau : préserver la ressource en eau pour l’agriculture

 

Une aventure menée par plusieurs lycées agricoles de France

Ce matin, au lycée agrotech agricole de vienne dans l’Isère, des étudiants testent la qualité des eaux d’un captage voisin. Ils effectuent toutes les opérations nécessaires à son analyse précise chimique et enregistrent les résultats. En effet, l’aire d’alimentation est vulnérable au risque nitrates et pesticides, augmenté par les exploitation agricole lié en partie aux activités agricoles. C’est donc que les étudiants ont mené à bien ce travail en partenariat avec le lycée agricole de Saint Genis Laval

En effet, préserver l’eau et sa qualité, c’est l’affaire de tous. Face au dérèglement climatique et aux questions posées aux modèles agricoles actuels, il faut faire preuve d’innovation. Face à ce défi, les lycées agricoles s’engagent en nombre sur le terrain et dans leur approche pédagogique. L’objectif ? Améliorer l’efficacité et la diffusion des pratiques vertueuses pour la préservation de cette ressource commune et inestimable qu’est l’eau.

Ici, à Castelnaudary, le Treboul longe le canal du Midi. Problème, son état de dégradation est alarmant préoccupant : nitrates, pesticides, les taux sont trop élevés et les parcelles en bordure de ruisseau agriculteurs doivent adapter leurs pratiques pour réduire les transferts de polluants vers les masses d’eau. Pour ce faire, le l’exploitation du lycée agricole a fait évoluer les pratiques de son exploitation son système de culture : un nouveau système de passage en production en bio a vu le jour et les vignes ont été remplacées par une rotation en grande culture. Plus encore, le désherbage est maintenant mécanique et les intrants ont diminué de plus de 50%.

Mais le changement de pratiques agricoles n’est pas la seule action menée ici, le lycée a aussi fait le choix d’installer une zone tampon humide artificielle. Rendez vous maintenant au lycée agricole d’Yvetot, en Normandie que où se trouve la une autre zone tampon humide (ZTH). 

Mais au fait : une ZTH, qu’est-ce que c’est ? Il s’agit d’une zone d’un bassin creusé dans lequel les eaux de ruissellement et de drainage circulent et sont purifiées traitées naturellement par la dégradation des particules toxiques : l’eau acheminée vers la zone tampon humide va rester environ deux semaines et circuler sur un parcours durant lequel les UV du soleil vont dégrader les molécules nocives.  La plantation de roseaux permet également de fixer des microorganismes qui vont se nourrir des intrants et les dégrader compléter cette dégradation. Cet aménagement va donc agir sur l’eau… et améliorer grandement sa qualité de l’eau en aval en dégradant les molécules nocives. 1 000 mètres cubes, 2 500 mètres carrés, la zone tampon d’Yvetot est un support pédagogique grandeur nature pour améliorer la qualité de l’eau. en étudier son impact

Aquaponie : l’eau est presque totalement recyclée en permanence

A La Canourgue, en Lozère, on a abordé la problématique des intrants et de la gestion des effluents piscicoles grâce à en expérimentant une autre technique innovante : l’aquaponie. Grâce à une production rationalisée de poissons couplée à des cultures végétales en hydroponie, l’eau est presque totalement recyclée en permanence : l’eau sale chargée en sortie des poissons sert à alimenter en nutriments des serres en maraîchage et en horticulture : résultat, une efficience agronomique étonnante.  

De plus, les boues et les effluents ultimes issues de la pisciculture en circuit ouvert et des bassins d’aquaponie sont traitées par des lombrics et valorisés sous forme de compost !

Là encore, les premières secondes ne me semblent pas utiles (de 5’54 à 5’59). Par contre, pourrait-on incruster les 3 produits dont il parle issu du lombricompostage ?

Préserver la qualité de l’eau n’est pas une mince affaire, mais ce n’est pas le seul enjeu. Dans les filières où le nettoyage est important, il faudra est important aussi mieux de l’économiser. C’est la raison pour laquelle l’ENIL Le lycée agricole de Mamirolle a mis en place un système d’économie d’eau s’y investit ? pour son atelier de transformation laitière.

En vue de substituer les produits de nettoyage, les étudiants ont testé plusieurs systèmes et différentes solutions et mesuré leur efficacité désinfectante. Un cahier de bonnes pratiques et un livrable pour les professionnels ont a été réalisé, pour les professionnels…et pour les autres étudiants !

qq

Un système complexe et ouvert sur la société

Au lycée agricole de Bourg en Bresse,  les agriculteurs de demain apprennent également à voir l’exploitation comme un système complexe et ouvert sur la société. De la pratique agricole production jusqu’à la valorisation, l’agriculture est un métier résolument aux interactions sociales où l’on gagne à développer des partenariats.  L’équipe a donc développé noué un partenariat avec le syndicat du bassin versant voisin et permis pour permettre aux étudiants de découvrir concrètement  rencontrer les acteurs de  leur région. …et de créer un jeu de rôle sur la gestion de l’eau…

A Perpignan, les étudiants ont travaillé à la modélisation d’un serious game ou jeu sérieux sur la gestion concertée de l’eau sur le territoire local. Aujourd’hui, c’est jour de test. Les étudiants d’autres filières viennent apprendre en s’amusant sur les problématiques liées à l’eau.

gg

Ces quelques exemples témoignent de la transition technique, agroécologique et pédagogique menée dans l’enseignement agricole en lien avec le territoire, pour que les futurs agriculteurs et citoyens soient acteurs d’une gestion durable et concertée de l’eau. La mise en réseau à un niveau national assure une facilitation des échanges, de la professionnalisation des personnels, de la mutualisation des compétences et des outils créés, pour une meilleure synergie des effets…

. Réalisé avec le soutien du Réseau rural Français et du Ministère de l’agriculture et de l’alimentation, Direction générale de l’enseignement et de la recherche

(et : europ-feader, réseau rural français, marianne, aventure du vivant)

. Réso’them/eau et EPLEFPA Bourg-en-Bresse 2020 (et reso’them eau et les Sardières)

  • Les vidéos plus hauts ont été tournées et réalisées par miamedia. Pour plus d’information sur nos prestations de valorisation scientifique, contactez-nous vite !

 

Améliorer la gestion de l’eau dans un atelier laitier

La gestion de l’eau dans un atelier laitier

Nettoyage, désinfection, transport, l’eau est une ressource fondamentale pour les filières de transformation agroalimentaire des produits. En fromagerie, il faut en général de 1 à 5 litres d’eau pour transformer un litre de lait  selon le type de produit laitier fabriqué et le type de structure ! Avec le coût qui augmente chaque année et les risques sanitaires existants, l’eau est un véritable enjeu que les établissement d’enseignement agricole et alimentaire ont bien compris. Dans l’atelier de Mamirolle près de Besançon, on a mis en place de nouvelles pratiques pour économiser cette précieuse ressource. 

Pour optimiser leur consommation, l’atelier technologique de l’Enil modernise la partie « nettoyage en place » et développe un système de recyclage partiel de l’eau. Mieux, ils mettent en place un système permettant de réaliser différents tests utilisant de nouveaux produits alternatifs comme les produits enzymatiques. L’idée ? Remplacer les détergents alcalins principalement. Une analyse est ensuite réalisée sur les produits de nettoyage consommés et sur les rejets. Pour cela, toutes les eaux sont mesurées à l’entrée et la sortie du système. 

Sensibiliser les agriculteurs à la ressource en eau

Deuxième étape, sensibiliser les futurs opérateurs, c’est à dire les élèves à la gestion de la ressource en eau. L’idée : que les jeunes étudiants mettent en oeuvre et partagent ces nouvelles pratiques dans leur futur lieu de travail. L’objectif : utiliser moins d’eau tout en  respecteant les normes sanitaires et hygiénique. Ce travail implique activement les étudiants en BTS gestion et maîtrise de l’eau mais aussi ceux de la filière sciences et technologies des aliments

En 10 années, le ratio litre d’eau utilisé par litre de lait transformé a diminué d’environ 40% à l’ENIL de Mamirolle. Un cahier des bonnes pratiques sera disponible dans l’établissement. 

De nouveaux tests sont réalisés régulièrement et permettront de déterminer de nouvelles pratiques qui seront on l’espère les références de demain.

Le projet Breakslip

Enterrer une culotte pour étudier la vie des sols ? 

C’est le projet Breakslip.

Il a vu le jour en Grande Bretagne

Des viticulteurs de Dordogne s’en sont emparés.

Chaque agriculteur plante des culottes en coton à 20 cm en dessous de la surface.

Les bactéries, insectes et mollusques vont les dévorer !

Et on obtient des informations sur la vie présente dans le sol.

On peut tester des itinéraires techniques différents…

… et développer la biodiversité.

Plus ils sont vivants, plus les sols résistent au changement climatique.

Un enjeu écologique … et économique.

Vous aussi, plantez vos culottes !

Pour participer 

Rendez-vous sur le site de la Chambre d’Agriculture de Dordogne

Enterrer une culotte pour étudier la vie des sols ? 

C’est le projet Breakslip.

Il a vu le jour en Grande Bretagne

Des viticulteurs de Dordogne s’en sont emparés.

Chaque agriculteur plante des culottes en coton à 20 cm en dessous de la surface.

Les bactéries, insectes et mollusques vont les dévorer !

En comparant les exploitations et les terroirs, on obtient des informations sur la vie présente dans le sol.

On peut tester des itinéraires techniques différents…

… et développer la biodiversité.

Plus ils sont vivants, plus les sols résistent au changement climatique.

C’est donc un enjeu écologique … et économique.

Vous aussi, plantez vos culottes !

Pour participer 

Rendez-vous sur le site de la Chambre d’Agriculture de Dordogne

https://vimeo.com/402520371

DEPHY DORDOGNE from Miamedia TV on Vimeo.

Les réseaux Dephy en Dordogne : « ensemble on va plus loin »

https://vimeo.com/402520371Partager, échanger, développer les bonnes pratiques au sein de leurs exploitations, c’est le choix qu’ont fait ces agriculteurs de Dordogne en intégrant le réseau Dephy. Ensemble, ils se sont lancé un objectif précis : moins 50% d’utilisation de produits phytosanitaires sur leurs exploitations d’ici 2020.

Action phare du plan Ecophyto, le réseau Dephy est une opération nationale visant à stimuler l’innovation et découvrir des alternatives aux pesticides. En France, ils sont plus de 3000 agriculteurs à participer à cette expérience grandeur nature. En Dordogne, c’est quatre réseaux Dephy qui ont vu le jour, en viticulture, mais aussi en polyculture élevage ou encore pour la culture des noyers et des fraises. 

Parce que chaque terroir est différent, il n’y a pas de recette toute faite : pour savoir si une pratique est efficace il faut la tester. Les agriculteurs du réseau Dephy se réunissent donc souvent pour observer les parcelles expérimentales de leurs partenaires. Couverts végétaux, rotations, biodiversité, observation des cultures, autant de techniques développées pour moins utiliser les pesticides, et du même coup réaliser des économies. Les 48 fermes de Dordogne abritent des « agriculteurs chercheurs » qui ont le goût de leur métier.

444

Les agriculteurs du réseau Dephy Dordogne ont d’ors et déjà réussi à diminuer de 30% leur consommation d’intrants et ont testé de nombreuses techniques culturales innovantes.  Les économies réalisées et l’émulation des projets leur a également permis de lancer des projets originaux avec le concours de leur région. Plus encore, en échangeant ensemble, ils ont développé du lien social et ont développé une attache nouvelle à leur territoire. Pour rejoindre le réseau Dephy, rendez-vous vite sur le site de la chambre !

Le réseau DEPHY, réseau de Démonstration, Expérimentation et Production de références sur les systèmes économes en phytosanitaires constitue une action majeure du plan Écophyto.

333

Ce réseau a vocation à développer, mutualiser et diffuser les expériences réussies de systèmes de culture réduisant fortement l’usage des produits phytosanitaires. Il permet entre autres d’acquérir des références sur des systèmes de culture déjà économes en produits phytosanitaires et sur des systèmes évoluant vers une diminution de l’usage de pesticides.

Le dispositif FERME est composé de groupes d’exploitations (1 900 fermes) qui couvrent les cinq types de productions que sont la polyculture-élevage, les grandes cultures, l’arboriculture fruitière, les productions légumières, la viticulture, l’horticulture et les cultures tropicales.

111.png

Le dispositif EXPE encourage les expérimentations de pratiques et systèmes de cultures économes en pesticides, en stations expérimentales ou sites ateliers. Toutes les filières de production végétale sont éligibles, qu’il s’agisse de cultures annuelles ou pérennes.

La région Nouvelle-Aquitaine est celle qui compte le plus grand nombre de réseaux de fermes.
Elle compte en effet 45 réseaux animés chacun par un ingénieur et coordonnés par 9 ingénieurs territoriaux. Ces 45 réseaux de fermes réunissent 506 agriculteurs et se répartissent sur le territoire de la façon suivante :

Filière Aquitaine Limousin Poitou-Charentes Total
Polyculture-élevage 2 4 8 14
Viticulture 8 5 13
Grandes cultures 1 4 5
Arboriculture 2 1 2 5
Maraichage/légumes 1 2 3
Maraichage/fruits rouges 1 1 1 3
Horticulture/pépinières 2 2
Total 17 8 20 45

Pour en savoir plus :

Le réseau DEPHY Objectifs et organisation – Extrait de la Synthèse 2014

Accompagner l’évolution des compétences de l’Ingenieur Réseau – Extrait de la Synthèse 2014

Méthodes & Concepts – Extrait de la Synthèse 2014

Un réseau qui partage son expérience – Extrait de la Synthèse 2014

 

Livrer le lait sur le pas de la porte : un charme moderne

Livraison du lait sur le pas de la porte : une pratique innovante !

La situation économique des exploitations laitières devenant de plus en plus précaire, certains agriculteurs ont élaborés des solutions innovantes pour pouvoir continuer la pratique de leur métier. C’est le cas d’Alain Chabloz, qui gère une exploitation de 90ha. Depuis 2011, afin d’obtenir une meilleure rémunération d’une partie de sa production, il a développé la vente de lait directe. Découvrez son histoire dans la vidéo ci-dessus.

Après la grève de 2009, afin de ne pas gâcher le lait non commercialisé, Alain et sa famille transforme le lait en crème et en beurre afin de l’écouler localement, au bouche à oreille. Constatant l’intérêt général, ils cherchent à développer le créneau mais les normes d’hygiènes les poussent à trouver une alternative moins contraignante. La vente directe du lait cru apparait alors comme une bonne solution.
Après la demande de certains consommateurs, ils se décident à tenter la vente directe. Les clients répondent rapidement présent et ce jusqu’à Renens-Prilly.

Agriculteurs laitiers en vente directe : mode d’emploi

Le lait est livré deux fois par semaine, après la traite du soir le lundi et jeudi. Il est également possible de venir chercher le lait directement à la ferme le matin ou le soir, chaque jour de la semaine. De plus un frigo en self-service est mis à disposition 24h/24h dans le village. En plus des clients privés, Alain a développé une collaboration avec un boulanger à qui il livre chaque semaine du lait frais.

La vente directe permet d’avoir un revenu supplémentaire. En multipliant les canaux de distribution, les Chabloz ne sont plus tributaires d’un seul acheteur et diminue ainsi les risques en devenant plus résilient. Pour se lancer dans un tel projet il faut avoir envie d’avoir le contact avec les clients, et être conscient que cela prend du temps. Entre le remplissage des bouteilles, les livraisons et la gestion du frigo. Mais la vente directe lui a permis de continuer la production de lait.

Avec un avenir incertain en raison des difficultés de la filière du lait, cette démarche a permis d’assurer la pérennité de la ferme de la famille Chabloz. En recréant le lien entre producteurs et consommateurs, le travail fourni et les produits sont ainsi rémunérés et valorisés à leur juste valeur. De plus le dialogue retrouvé permet une meilleure compréhension du métier et des difficultés qui en découlent.

indexDu lait frais déposé chaque matin devant sa porte avant l’heure du petit déjeuner c’est désormais possible en Loire Atlantique et peut-être bientôt dans toute la France. La fraicheur, la traçabilité, sans pasteurisation et sans écrémage sont des attouts non négligeables mais aussi pour l’agriculteur un moyen  de mieux rémunérer son travail quotidien.

La vente de lait frais à domicile permet à un jeune couple d’assurer 5 % de son chiffres d’affaires, avec aussi le reconnaissance des clients pour les heures passées à s’occuper de son cheptel

Pour recevoir son lait frais le matin, le client laisse un message sur le répondeur de la ferme en précisant la quantité de lait à livrer. C’est aussi une solution écologique ! Plus de bouteille à jeter !

 

Agriculture : les labels qui comptent

« AB », « Nature et Progrès », « Demeter », « UTZ », « Max Havelaar », demain la terre, les labels fleurissent comme les cerisiers au printemps. Pourtant si certains relèvent d’une vraie démarche de qualité, certains s’apparentent à des opérations commerciales dont la mis en oeuvre peut-être limitée.

Si le nombre de ces labels s’est fortement accru dans les années 2000, c’est que le marché de ces produits « durables » ou « éthiques » croît rapidement dans un contexte économique plutôt déprimé. En 2019, le bio a encore fait un bon avec 10% des surfaces agricoles françaises qui sont cultivées en Bio, contre 1 à 2 % dix ans plus tôt.

Miamedia vous aide à faire le tri sur les différents labels et vous propose de découvrir en vidéo ce  label innovant qui valorise les bonnes pratiques sur les exploitations de ces adhérents. C’est également un des seuls labels portés par des agriculteurs.

Le label BIO européen

Tous les produits vendus en Europe qui souhaitent se dire issus de l’agriculture biologique doivent faire figurer le logo européen, sauf tolérance pour écouler les stocks antérieurs.

Dans tous les cas où il est utilisé, doit figurer l’indication du lieu de production des matières premières agricoles composant le produit : «Agriculture UE», «Agriculture Non UE» ou «Agriculture UE/non UE».

L' »Eurofeuille » garantit au minimum que le produit :

  • est en pleine conformité avec les conditions et réglementations de l’Union européenne sur l’agriculture biologique (voir règlement 834/2007).
  • porte le nom du producteur, du préparateur ou du distributeur, ainsi que le numéro d’agrément de l’organisme de certification.

Lorsqu’il est transformé, que le produit :

  • contient 95% ou plus de composants issus de l’agriculture biologique.

Quels sont les engagements du label ?

Culture

  • Garantie sans pesticides chimiques.
  • Sans traitements chimiques après récolte.

Elevage

  • Alimentation sans pesticides chimiques et composée de céréales.
  • Une interdiction de traces d’OGM en dessous des 0,9 % est admise.
  • Un recours limité aux traitements vétérinaires et aux médicaments.
  • Le bien-être des animaux garanti par un espace minimal et un accès au plein air.

Le nouveau règlement autorise la mixité, autrement dit une même exploitation peut produire du bio et du non bio.

Qui certifie ?

Le label européen est accordé après certification par des organismes indépendants comme Aclave, Agrocert, Ecocert… Un contrôle doit être effectué au moins une fois par an.

Le label BIO français : AB

Créé en 1985, le logo AB est la propriété du ministère de l’Agriculture, qui l’attribue aux producteurs qui en font la demande après certification par les organismes compétents (Ecocert, Agrocert…).Depuis le 1er janvier 2009, aucune en théorie. Propriété exclusive du ministère de l’Agriculture et de l’alimentation, le label AB s’est aligné sur les normes du label bio européen, tout comme ses équivalents nationaux européens. En effet, l’Union européenne a décidé en 2009 de mettre fin à la multiplicité des cahiers des charges nationaux sur le bio. Autrement dit, la présence des labels bios nationaux sur les produits est désormais optionnelle.

Du coup, comme certains considèrent cette homogénéisation comme une atteinte à la crédibilité du bio, de nouveaux labels « plus exigeants » ont vu le jour en France.

C’est la raison pour laquelle de nouveaux  labels plus exigeants ont vu le jour et côtoient le label bio européen sur les emballages des produits français.

infographie-labels-bio-678x381

Le label Bio Cohérence

Créé par de nombreux partenaires, dont la Fédération nationale d’agriculture biologique (Fnab), les Eleveurs bio de France, ainsi que les magasins Biocoop, Biomonde et ProNatura.

Réunis au sein de l’association Alternative Bio en 2009, ils proposent un cahier des charges plus exigeant que celui décidé par l’Europe.

Quels sont les engagements du label ?

En plus des critères européens, Bio Cohérence impose des engagements spécifiques :

  • Pas de coexistence bio/non bio.
  • Au moins 50 % des aliments pour les animaux doivent être produits sur la ferme, 80 % pour les herbivores.
  • Une interdiction totale de traces d’OGM.
  •  100 % d’ingrédients bio dans les produits transformés.
  • Les traitements vétérinaires plus restreints

Qui certifie ?

Bio Cohérence demande aux agriculteurs qui souhaitent disposer du label de passer par un organisme certificateur extérieur (Ecocert, Qualité France, etc.).

Le label Nature & Progrès

Nature & Progrès est la marque de l’association du même nom, qui a aussi développé le Salon Bio Marjolaine.

Les produits Nature & Progrès ne sont pas tous porteurs du logo bio européen : certains sont passés par la certification propre à Nature & Progrès, mais pas par la certification bio leur permettant d’afficher le logo européen. A noter que 70% des produits cumulent les deux labels.

Quels sont les engagements ?

Ils vont au-delà des critères européens sur plusieurs points :

  • Exploitation complètement en bio.
  • Une alimentation 100 % bio en priorité sous mention Natures & Progrès.
  • L’interdiction totale des OGM.
  • Environnement extérieur protégé : pas de ferme Nature & Progrès à moins de 500 m de grandes voies routières ou en aval d’exploitations agricoles polluantes ; un aménagement du domaine afin de préserver les ressources collectives (nappes phréatiques, etc.).

Qui certifie ?

L’association Nature & Progrès critique les systèmes de certification par des organismes extérieurs parce qu’ils sont coûteux. Avec l’objectif de renforcer les liens des agriculteurs entre eux et avec les consommateurs, Nature & Progrès a donc mis en place un «système participatif de garantie».

Les contrôles annuels sont effectués par un groupe de membres de l’association, composé d’individus différents tous les ans, et qui sont soit des agriculteurs soit des consommateurs.

supermarche-bio-label-ab-etiquette_5912348

Le label Equitable Ecocert

Le logo Equitable Ecocert garantit la conformité des produits au cahier des charges Equitable, solidaire et responsable (ESR), élaboré et contrôlé par le groupe Ecocert.

Le principe : un acheteur du Nord s’engage à acquérir auprès d’un groupe de producteurs du Sud certaines quantités d’un produit à un prix maximal garanti.

Quels sont les engagements ?

  • Les produits ESR doivent tous porter le label bio européen.
  • Tous les produits doivent être réalisés de façon sensément équitable : respect des travailleurs, rémunération juste, interdiction de faire travailler les enfants, etc. Le cahier des charges prévoit également la mise en place d’un fonds social et l’accompagnement des producteurs, l’établissement de relations de longue durée, la possibilité d’un préfinancement des récoltes, etc.
  • Le cahier des charges fixe également des règles pour limiter l’emballage et le transport jusqu’au consommateur final, sans précision précise.

A noter que deux mentions peuvent figurer sur l’étiquette :

«Produits alimentaires équitables ESR» : 95 % au moins des ingrédients ou matières premières sont issus des filières ESR.
 «Produits alimentaires contenant des ingrédients équitables ESR» : 25 % d’ingrédients ou matières premières sont issus de filières ESR.

Qui certifie ?

Le certificateur Ecocert.

Le label Bio Equitable et Bio Solidaire

Fondée en 2002 par plusieurs entreprises travaillant dans l’importation et la transformation de matières premières venues des pays du Sud (argan, gingembre, coton, quinoa…), l’association s’est depuis diversifiée dans le commerce Nord-Nord.

Les deux labels renvoient respectivement aux deux activités : Bio Equitable pour les produits du Sud, et Bio Solidaire pour le Nord.

Le principe : un soutien aux petits producteurs pour qu’ils renforcent leur capacité d’action collective et qu’ils puissent vivre décemment de leur production.

Quels sont les engagements ?

  • Conformité au règlement bio européen.
  • Contractualisation de la relation entre opérateur et producteurs
  • Un prix minimum garanti d’achat aux producteurs locaux.
  • Respect des droits élémentaires et fondamentaux de la personne.
  • Développement d’une agriculture durable et maintien du tissu local

Qui certifie ?

La marque Bio Equitable s’est rapprochée d’Ecocert. Ecocert certifie toute la production tant pour l’aspect bio que pour l’aspect équitable avec son référentiel ESR (Equitable, Solidaire, Responsable).

labels-bio.jpg

Les labels AOP, IGP, STG

IGP : Par exemple : les mentions fraises de Carpentras ou melons de Cavaillon. Ce sont des Indications géographiques protégées, certaines variétés de fraises ou de melons doivent avoir un taux de sucre garanti par exemple.

AOP : L’Appellation d’Origine Protégée doivent nécessairement être liées à la zone géographique d’origine et à la méthode de production afin de renforcer les garanties pour producteurs et consommateurs. A noter que l’AOC signifient appellation d’origine  contrôlée est pour laFrance et l’AOP est la mention européenne. La validation de l’AOP ne peut se faire que si celle de l’AOC est finalisée.
La présence de ces labels permet aux produits du terroir de conserver leur originalité et leur authenticité. Les règles qui les régissent se trouvent dans un cahier des charges, et font l’objet de procédures de contrôle par l’INAO (Institut National des Appellations d’Origine).

STG : Le terme traditionnel, par exemple, renvoie à une recette transmise entre générations, d’une ancienneté d’au moins 30 ans; le terme garantie, qui correspond à la reconnaissance du produit par le biais d’une inscription sur un Registre ad hoc.

Ces produits traditionnels peuvent représenter un atout non négligeable pour certaines régions, certaines zones rurales voire même d’autres zones désavantagées d’un point de vue économique. Grâce à l’ainsi-dite clause ex officio, tous les États membres sont tenus de lutter contre d’éventuelles contrefaçons de produits protégés (comme ce fut le cas pour la célèbre affaire du « parmisan ») même s’ils proviennent d’un autre pays.

label-bio

Les labels Demeter et Biodyn

S’inspirant des réflexions de Rudolf Steiner, le mouvement international de la biodynamie est né au début du siècle face aux premiers dégâts de l’agriculture productiviste.

Quels sont les engagements du label ?

  • L’utilisation de préparations naturelles spécifiques destinées à «vivifier» la terre.
  • Un appui sur les flux énergétiques du sol et des astres.
  • La limitation de la taille des exploitations.
  • La réutilisation maximale des sous-produits de l’activité (déchets végétaux et animaux).

Qui certifie ?

La première année, l’association se charge de contrôler les producteurs qui souhaitent se convertir à la biodynamie. Les années suivantes, des certificateurs officiels (Ecocert et Qualité France) contrôlent sur la base du cahier des charges de Demeter et de Biodyn.

Le label « Demain la terre »

La Charte Demain la Terre® vise à apporter aux consommateurs les preuves crédibles de l’engagement des producteurs, axé sur trois priorités : la santé, la qualité et le respect de l’environnement.

Cette Charte s’articule autour de trois points cruciaux : crédibilité, mieux-disant, lisibilité. Elle est composée d’une soixantaine de critères objectifs, précis et mesurables qui vont plus loin que la réglementation en vigueur. Elle a été conçue en tenant compte de la diversité des pratiques culturales, de manière à être universellement applicable.

https://www.youtube.com/watch?v=rZy0XiAf_TQ

Quels sont les engagements ?

– S’associer à la Nature dans la lutte contre les nuisibles
– Développer des solutions alternatives pour limiter le recours aux molécules chimiques
– Suivre la présence éventuelle de résidus dans les fruits et légumes et en faire disparaître toute trace

– Réduire la consommation en eau
– Réduire la consommation
– Maîtriser les rejets pour éviter la pollution des nappes et des rivières

– Privilégier les apports d’engrais naturels
– Etudier et maintenir l’équilibre naturel du sol
– Utiliser durablement les substrats de culture

– Maintenir et préserver les écosystèmes en place
– S’intégrer au paysage local
– Contribuer à la survie des abeilles

– Mesurer l’empreinte de gaz à effet de serre notamment le CO2
– Optimiser la consommation des énergies fossiles
– Utiliser les énergies renouvelables pour apporter une empreinte positive

– Recourir au tri sélectif et au traitement des déchets

– Valoriser les déchets de productions
– Réduire les emballages notamment plastiques

– Maintenir la vitalité des régions de productions
– Renforcer les liens avec toutes les parties prenantes identifiées
– Mettre en œuvre une stratégie d’entreprise responsable

– Promouvoir un travail de qualité, plus humain et solidaire
– Participer à l’équilibre alimentaire des plus défavorisés

Qui certifie ?

Un Comité de contrôle a été constitué en 2010. Il est composé autour des représentants des producteurs de Demain la Terre et d’acteurs indépendants. Ce sont donc en partie des agriculteurs qui certifient leurs pairs.

Que fait le Comité de contrôle de Demain la Terre ? Il reçoit les audits, les questionne, valide ou infirme les candidatures à la Charte Demain la Terre® et pilote les évolutions du référentiel. Il donne enfin ses recommandations sur les actions à mener suite aux audits dans une démarche de progrès continu.

Les labels qui n’ont pas de regard sur les itinéraires techniques agricoles

Certains labels parmi les plus connus ne s’intéressent pas aux pratiques agricoles à l’origine de leurs produits.

Le label « Produit de l’année »

Le label « produit de l’année » est le résultat d’une opération commerciale. Les produits en lice seront soumis aux tests produits de 10.000 consommateurs. Les directeurs du marketing doivent impérativement  veiller à ce que les innovations répondent aux desiderata des consommateurs, qui ne sont pas toujours un gage de qualité environnemental. A noter que le Produit de l’Année doit « apporter une vraie valeur au consommateur par un positionnement différent ».

Le label « saveur de l’année »

Un jury est réuni au printemps et le signe est valable pendant un an. De vraies dégustations, avec 60000 tests à l’aveugle et 10000 consommateurs sont organisées.

En revanche, sans exigence particulière sur le nombre de produits testés (ce sont les industriels qui inscrivent les produits), un produit peut-être lauréat face à un ou deux concurrents seulement. Des produits bien meilleurs, qui n’ont tout simplement pas concourru, existent peut-être sur le marché !

Le logo « saveur de l’année » est avant tout un enjeu marketing pour les professionnels qui souhaitent dynamiser leurs produits.

Le label « Concours général agricole »

Créé en 1870, le Concours général agricole (CGA) est un concours français encourageant et valorisant les filières agroalimentaires françaises. Le CGA est encadré par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation (MAA) et le Centre national des expositions et concours agricoles (CENECA) et récompense les meilleures productions agricoles et transformations agroalimentaires du territoire national inscrites au concours.

Il se décline en cinq concours qui récompensent les produits, les vins, les animaux et les jeunes professionnels. Encadré par l’État français afin d’en garantir l’impartialité, le Concours général agricole attribue des distinctions sous forme de médailles (or, argent et bronze), de diplômes et de prix, dont le Prix d’Excellence. Le symbole officiel présent sur chaque récompense est la feuille de chêne figurant également sur le logo et déposée à l’Institut national de la propriété industrielle.

Le Concours général agricole est organisé dans le cadre du Salon international de l’agriculture se déroulant tous les ans à Paris Expo Porte de Versailles.

Pour beaucoup il y a trop d’élus. Un tiers des produits présentés sont médaillés. On peut penser que ce ne sont pas les meilleurs vins qui sont obligés de participer à ce concours. Les très bons n’en ont pas besoin…

homme-caddie-supermarche-rayons-courses_5951726.jpg

La France comptabilise plus de 1 000 produits sous signe de qualité, et leur chiffre d’affaire s’élève à plus de 30 milliards d’euros en 2019, soit un tiers de la production agricole totale.
Face à la multiplication des labels, le Conseil Économique Social et Environnemental souhaite modifier les labels actuels et mettre en place un nouveau sigle « d’agriculture biologique locale et équitable ».

Le but étant de simplifier la lisibilité des produits labellisés pour les consommateurs.

En France, les acheteurs consomment pour 8,7 milliards de produits bio par an, alors que la production est France n’est que de 4 milliards d’euros.
Pour satisfaire la demande toujours plus croissante des consommateurs, les importations de produits bio sont inévitables et l’objectif de ces nouvelles règles est d’assurer plus de traçabilité et de qualités.
En plus d’un cahier des charges bien précis, des critères sur le « local » et « l’équitable » seront rajoutés.

Ces règles s’appliqueront à partir de 2021 à toute la chaîne du bio, des producteurs aux distributeurs en passant par les transformateurs.

Un projet de recherche en agriculture à valoriser ? Contactez vite Miamedia !