Et si on montait une caisse de solidarité agricole ?

Les caisses de solidarité agricole, un outil du passé pour un avenir plus sûr

Créer ou adhérer à une caisse de solidarité, comment ça marche ?

Les agriculteurs d’aujourd’hui doivent faire face à de nombreux défis : enjeux environnementaux et sociétaux, aléas climatiques, crises sanitaires… mais aussi les imprévus « habituels » : vie privée, santé…

Comment affronter une situation inattendue quand on a déjà à gérer autant de paramètres ?

miamedia-video-agricole2.png

Adhérer à une caisse de solidarité peut permettre de faire face à des imprévus qu’ils soient personnels ou professionnels : problème de santé, remplacement sur l’exploitation, faibles récoltes, réparation de matériels, structuration de l’entraide, etc.

Qu’est-ce qu’une caisse de solidarité ?

Une caisse de solidarité est une association de loi 1901. Elle est basée sur une cotisation libre et mensuelle de ses adhérents sur une durée déterminée.

Le concept de caisse de solidarité est ancien et a existé en France, surtout au 19ème siècle. Certaines caisses ont d’ailleurs traversé les temps, les guerres et les différentes époques « politiques », avec des lois plus ou moins permissives.

Les anciennes caisses des Mines (Caisse de l’Union des Industries minières et métallurgiques) en sont un exemple, de même que la caisse du Crédit Agricole ici en France.

Elle prend forme dès lors qu’un groupe de personnes décident de se rassembler pour anticiper ensemble d’éventuels imprévus qu’ils soient heureux ou malheureux (investissement ou projet coûteux, mariage d’un enfant, difficultés sociales ou économiques). Elle dispose d’un cadre réglementaire et permet à ses adhérents de s’appuyer sur la force d’un groupe, que ce soit pour échanger, partager ou dégager des fonds en cas de coups durs.

miamedia-video-agricole.png

Un pour tous, tous pour un !

L’union fait la force… Dans « caisse de solidarité »….il y a…solidarité. Comme son nom l’indique, créer ou adhérer à une caisse de solidarité implique de placer l’humain au premier plan. Il s’agit de ne pas rester isolé en cas de situation inattendue et de s’appuyer sur le collectif pour la surmonter.

Pourquoi adhérer ou créer une caisse de solidarité ?

> Un outil financier complémentaire

En cas de besoin, les fonds constitués permettent aux adhérents :

  • D’emprunter à taux 0
  • D’obtenir des fonds rapidement et sans formalités administratives
  • De bénéficier d’un montant maximum défini par les adhérents et le règlement intérieur

> Un accompagnement social

Une caisse de solidarité est un lieu qui permet de libérer la parole, cette étape est essentielle pour accepter d’être accompagné lorsque l’on est dans une situation difficile.

Au-delà de l’échange et du soutien que l’on peut y trouver, une caisse de solidarité peut aussi impulser une dynamique de territoire en travaillant sur des projets avec d’autres partenaires locaux.

Vidéo réalisée par Miamedia pour la chambre d’agriculture de Dordogne et la caisse de solidarité de Duras.

Pour en savoir plus sur les caisses de solidarité de Dordogne, cliquez ici : le site de la chambre d’agriculture de Dordogne

LOGO_CHAMBRE

Marché cherche semenciers Bio !

 

Vous souhaitez vous lancer dans la production de semences bio ?

Découvre dans cette vidéo réalisée par la FNAB (Fédération nationale des agriculteurs biologiques) les conseils pour y parvenir. Aides, subventions, il existe de nombreux leviers pour se lancer.

Le développement du maraîchage bio est de plus en plus marqué et la demande en semences potagères bio n’a jamais été aussi forte, mais les producteurs et multiplicateurs de semences bio sont encore trop peu nombreux pour y répondre.

Quels sont les défis ? les aides ? les investissements nécessaires ? les relations entre les acteurs ? les risques ?… Semenciers et producteurs multiplicateurs témoignent.

Qu’est-ce qu’une semence biologique ?

Il s’agit d’une semence dont le porte-graine ou la plante parentale (matériel de reproduction végétative) ont été produits conformément aux règles de l’agriculture biologique pendant au moins une génération ou, s’il s’agit de cultures pérennes, deux saisons de végétation (règlementeuropéen 834/2007).

Peu de références économiques sont disponibles en multiplication de semences potagères biologiques. Néanmoins, de grandes tendances peuvent être dessinées. Si les expériences réussies existent, il est important de souligner que la rentabilité économique est néanmoins incertaine pour les multiplicateurs de semences potagères biologiques.

En effet, les rendements bruts sont souvent inférieurs au conventionnel et le marché de la semence bio étant encore réduit et fragmenté, les agriculteurs et les entreprises semencières sont amenés à organiser la gestion de petits lots, ce qui limite les économies d’échelle.

graines-disponiblesdes-varietes-traditionnelles-multipliees-selectionneesaussi-varietes-modernes-choisies-criteres-rusticite-saveur_0_1398_926.jpg

Les coûts de production sont souvent supérieurs, notamment en raison d’un surcoût de main d’œuvre. De plus, par rapport à une culture de légumes, la culture de semences dure plus longtemps, ce qui accroît les risques au niveau de l’enherbement, des maladies et des ravageurs. Cela est particulièrement vrai pour les bisannuelles. Les étapes de séchage, battage et stockage doivent également être bien maîtrisées. Cependant, de nombreuses exploitations ont réussi à tirer leur épingle du jeu et y ont trouvé une vrai satisfaction économique et humaine. Pierre Durand, semences bio, témoigne :

« Cette production répond à un réel besoin : on manque de semences bio, en quantité et en diversité ! J’aime produire des semences qui sont bien adaptées au mode de production biologique. »

Il est important de bien connaître chaque variété multipliée. Chaque variété est différente, en termes d’itinéraire technique et en termes de productivité. Par exemple, enlaitues, on peut avoir des productivités en graines de 1 à 4 selon la variété.
Parmi les points techniques importants, il y a :

-Bien respecter les calendriers de production en lien avec la variété, en particulier bien respecter les dates de semis.Etre généreux dans la fertilisation.

-Bien maîtriser l’enherbement tout au long de la culture, pour que le tri soit possible après la récolte.

-Favoriser la présence des insectes pollinisateurs pour assurer une bonne fécondation.

-Arroser suffisamment la culture de la floraison jusqu’à la fin du remplissage de la graine.

-Assurer une bonne récolte, afin de perdre le moins de graines possible.

-Bien ventiler et sécher les graines. L’idéal est d’avoir un moyen de sécher les graines.

-Sur la ferme, j’ai des caissons à double fond : j’y dispose les graines et un courant d’air circule en dessous pour que les graines sèchent bien.

C’est incroyable qu’une si petite graine véhicule tant d’informations !

Pierre Dorant : « La production de semences bio est aussi un domaine où il n’y a pas de recettes toutes faites, où il faut innover, créer… C’est très intéressant !Les graines sont étonnantes ! C’est incroyable qu’une si petite graine véhicule tant d’informations ! Le mystère du vivant est bien présent et c’est une dimension qui me plaît beaucoup dans cette activité.
C’est aussi une production qui demande d’être très proche du vivant, de beaucoup observer :observer les plantes, observer les insectes… »

L’offre de semences biologiques s’améliore : il y a de plus en plus de fournisseurs et de variétés référencées et l’on observe une augmentation du nombre de dérogations. Pour plus d’informations sur : http://www.produire-bio.fr ___

Conception : Juliette Fouchère et Mathilde Boitias Coordination : Mathilde Boitias Une production de la FNAB (Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique) avec la contribution financière du compte d’affectation spéciale développement agricole et rural (Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation) Réalisation et montage : Frank Puaux (Tast Production © 2017)

Qu’est-ce qu’un EPLEFPA plus communément appelé Lycée agricole ?

Qu’est-ce qu’un EPLEFPA ou plus communément un Lycée agricole ? from Miamedia TV on Vimeo.

En France, il existe plus de deux cent établissements d’enseignement agricole public. Communément appelés « Lycées agricoles », ces lieux de formation sont également des lieux d’expérimentation scientifique à part entière. Ils offrent la possibilité de co-construire des projets de recherche et de développement et de les diffuser auprès des futurs professionnels de l’agriculture.

La betterave sans pesticides, c’est possible !

Lutter contre les néonicotinoïdes, tueur d’abeilles ou les pucerons verts, tueurs de betterave ?

Depuis la loi sur la biodiversité de 2016, les néonicotinoïdes, un insecticide qui a eu raison du puceron vert de la betterave, est interdit. Si des dérogations sont possibles jusqu’au 1er juillet 2020, leur utilisation sera interdite. De quoi mettre un coup dans l’aile de la production de sucre de betterave en France ?

Les néonicotinoïdes s’attaquent au système nerveux des pollinisateurs, décimant des colonies d’abeilles et autres insectes. Depuis 2000, des scientifiques affirment que même à faible dose, ces substances stérilisent les pollinisateurs ou altère leur mécanisme de reproduction (abeilles et bourdons désorientés, sperme des mâles altéré…).

Si les apiculteurs français constatent une hausse de la mortalité dans leurs ruches depuis l’arrivée des néonicotinoïdes, les betteraviers, eux, estiment que c’est la solution la plus propre. Surtout, pas sûr que la filière, qui a réussi à survivre depuis 1992 au virus de la jaunisse, puisse survivre sans l’utiliser.

 

Pourtant, certains agriculteurs préparent l’avenir et développent les alternatives au néonicotinoïdes. Certains d’entre eux forment le réseau DEPHY, un réseau d’agriculteurs qui expérimentent la vie sans pesticide sur leur exploitation et développent des solutions alternatives.

Les interactions entre la plante cultivée et le reste de son milieu étant multiples, les processus naturels créent des interactions bénéfiques qui favorisent nettement la productivité des cultures et la durabilité des systèmes de production agricole. Or, les pesticides néonicotinoïdes détruisent certains maillons importants de ces interactions,

Des agriculteurs volontaires ont donc cherché à s’appuyer sur ces processus pour influer sur le développement du puceron vert. Un nécessaire retour à une approche systémique

En effet, la gestion des ravageurs nécessite observation, connaissance du milieu et des interactions qui s’y développent, des auxiliaires et de réaliser des tests. Voici quelques pratiques qui en s’appuyant sur le vivant, réduisent la pression parasitaire.

Des solutions de luttes antiparasitaires variées

Les options de lutte antiparasitaire pour éviter l’utilisation des néonicotinoïdes sont variées et peuvent inclure la diversification et modification de la rotation des cultures, les dates de semis, le travail du sol et l’irrigation, l’utilisation de variétés moins sensibles, l’application des agents de lutte biologique dans les zones infestées et en dernier recours, l’utilisation d’insecticides à risque réduit. Ces options sont souvent plus efficaces lorsqu’elles sont appliquées en combinaison dans une stratégie globale de lutte intégrée.

Seuls 6 cas sur 130 sans alternative

Betteraves

L’utilisation de semences de betterave traitées aux néonicotinoïdes permet aux agriculteurs de ne pas vérifier les attaques d’insectes pendant plusieurs mois. C’est pourquoi certains agriculteurs considèrent ce type de pesticides comme une « solution de confort ». La mise en œuvre de recommandations simples permet pourtant de ne pas utiliser de néonicotinoïdes tout en contrôlant les principales attaques de ravageurs. Comme toujours en agriculture, cette réalité est à nuancer en fonction du terroir et de la pression des ravageurs spécifique à l’exploitation.

betterave2

Contre les pucerons :

-Ne pas semer trop tôt

-Ne pas semer dans une terre froide

-Favoriser une croissance rapide des betteraves

-Du fait du développement en foyer, les dégâts des pucerons sur le rendement des betteraves sont localisés et souvent limités.
– Observer la culture et utiliser, si nécessaire, une pyréthrine simple
-La régulation des pucerons se fait généralement naturellement s’il y a un minimum de biodiversité (syrphes, coccinelles, chrysope),condition incompatible avec l’usage des néonicotinoïdes. Les pertes éventuelles seront compensées par l’économie réalisée par l’achat de semences sans néonicotinoïdes.

Contre le taupin :

– Effectuer un travail du sol superficiel pour perturber son cycle de développement en remontant les larves en surface et ainsi les dessècher.
– Des fertilisants naturels peuvent être utilisés pour lutter indirectement contre les insectes du sol, comme le tourteau de ricin (propriétés insecticides et nématicides).

D’après un document publié par l’Anses, dans 89% des cas étudiés, les solutions de remplacement aux néonicotinoïdes se fondent sur l’emploi d’autres substances actives, notamment des pyréthrinoïdes. Mais en revanche, l’étude détermine que dans 78% des cas analysés, au moins une solution alternative non chimique existe.

Cette vidéo a été financée par :

Cette vidéo a été réalisée par :

Fichier 1@4x

Agroforesterie : l’arbre source de fertilité

Agroforesterie : l’arbre source de fertilité from Miamedia TV on Vimeo.

L’agroforesterie désigne les pratiques, nouvelles ou historiques, associant arbres, cultures et-ou animaux sur une même parcelle agricole. Ces pratiques permettent une meilleure fertilité des sols, notamment par sa capacité à stocker en continu le carbone nécessaire aux cultures et à favoriser la présence de micro-organismes, véritables artisans de la fertilité des sols.

Valoriser la recherche en agriculture biologique

Valoriser la recherche en agriculture biologique from Miamedia TV on Vimeo.

Une information que personne ne reçoit. C’est une perte d’énergie, de temps, et d’argent. Alors comment éviter que les résultats de recherche ne finissent dans les cartons ?

Conversion à l’Agriculture Biologique : portraits d’éleveurs

Conversion à l’AB : quelles motivations et satisfactions des éleveurs laitiers aveyronnais ?

 

Passer son exploitation « conventionnelle » en agriculture biologique, quelle aventure ! Par où commencer, quels leviers activer, quels partenaires, comment adapter son exploitation aux nouvelles contraintes réglementaires ? Pour ceux qui souhaitent se lancer, les questions d’ordre matériel et psychologiques sont parfois nombreuses.

Pas de panique : des agriculteurs pionniers ont su contourner les écueils et parvenir à destination pour mieux vous raconter leur parcours, parsemé de doutes, d’obstacles mais aussi, comme souvent dans les grandes aventures, de belles surprises.

Ces témoignages issus du travail de thèse mené par Maëlys Bouttes, soutenu par l’INRA et la Chambre d’Agriculture de l’Aveyron montre comment de nombreux agriculteurs ont navigué entre les récifs pour écrire une nouvelle page de l’histoire de leur exploitation agricole, entre la redécouverte d’un métier qui les passionne et l’adaptation à un monde en perpétuelle mutation.

 

Prendre ou non le train de l'AB ?
© Dessin de Z’lex
Avec une filière laitière conventionnelle en crise (1ère crise en 2009, fin des quotas en 2015…), et le fort développement de l’agriculture biologique lié à une demande croissante, de nombreux éleveurs prennent le virage de l’AB.
En Aveyron, environ 50 fermiers ont décidé de se convertir en 2016. Une équipe de chercheurs s’est intéressé, avec la chambre d’agriculture de l’Aveyron et l’APABA, aux stratégies et motivations de ces éleveurs, pour savoir si la conversion à l’AB est un moyen de réduire la vulnérabilité des exploitations laitières.
dossier.jpg

Dès le départ les objectif de recherche de Maëlys sont clairs : comprendre les motivations des éleveurs à la conversion, et comment évoluent leurs pratiques et leur satisfaction pendant la conversion. En effet, si la conversion en Agriculture Biologique demande parfois une réorganisation productive et une charge de travail supplémentaire,elle amène aussi les agriculteurs à sortir de la routine pour réinventer leur métier.

En partenariat avec la Chambre d’Agriculture de l’Aveyron et l’APABA, Maëlys Bouttes a conduit des entretiens annuels entre 2016 et 2018 auprès de 19 fermes d’élevage bovin laitier en Aveyron ayant commencé leur conversion en 2016. De quoi dresser un tableau représentatif des agriculteurs de la région.

A près plusieurs années de rencontres et d’innitiatives innovantes, voici les quelques convlusions de l’enquête :

Quelles motivations à la conversion ?

Au-delà de préoccupations environnementales, économiques ou idéologiques souvent mises en avant, les motivations des éleveurs sont souvent de trouver des solutions pour se sortir d’une situation conventionnelle compliquée. L’AB leur apparaissait comme un mode de production offrant davantage de perspectives économique. Contrairement aux iidées reçues, le passage en Bio n’est pas toujours militant. Si les motivations peuvent être liées au désir de diminuer les produits phytosanitaires, elles peuvent aussi être synonymes de développement économique.

Quelle satisfaction en fin de conversion ?

Maëlys Bouttes a demandé aux éleveurs d’évaluer eux-mêmes leur satisfaction en donnant leur perception (sentiment d’amélioration, de dégradation, ou sans changement perçu) sur 5 catégories : Économique, Agronomique, Zootechnique, Social, Conditions de travail.

Dans l’ensemble, les éleveurs sont satisfaits en fin de conversion.

  • Les évaluations négatives concernent seulement 6% des réponses, soit 94% d’évaluations positives ou neutres.
  • Pendant la conversion, pour la majorité des exploitants, la perception sur ces 5 catégories ne s’est pas dégradée.
  • En fin de conversion, les exploitants déclarent une forme de satisfaction sur au moins 4 des 5 critères.

La conversion en Bio doit donc être vue comme un ensemble qui réunit différents facteurs sociaux et économiques.

Évolution des pratiques

Parmi les 19 fermes suivies, on trouve une diversité de trajectoires selon la situation avant conversion de la ferme (plus ou moins éloignée des pratiques généralement observées en bio) et selon l’ampleur des changements de pratiques mis en oeuvre pendant la conversion.

Globalement, à l’issue de la conversion, les 19 fermes se sont fortement orientées vers l’herbe et le pâturage, ce qui a nécessité, pour certaines, des changements très importants en l’espace de 2 ans (par exemple, passer d’un système zéro pâturage à 7 mois de pâturage dans l’année).

Si cette réorganisation demande des investissements en temps et en argent, elle est en général suivie d’une amérlioration des conditions de travail. La recherche de l’autonomie fourragère notamment donnera peut-être sa pleine mesure dans quelques années, lorsque les flucturations des marchés (protéines notamment) se feront davantage sentir.

D’après l’étude, les agriculteurs s’étant engagés en bio en 2016 y voyaient d’abord une solution pour préparer l’avenir. Mais en faisant un investissement sur le long temer, les agriculteurs ont presque trouvé une satisfaction sur le court terme : Les éleveurs sélectionnés insistent d’ailleurs sur les rencontres sociales riches que le changement a pu provoquer : les échanges avec les conseillers et les autres agriculteurs -ressources ont renforcé leur motivation pendant la conversion et permis de faire naître de nouveaux projets.

 

Emmanuel et Céline, Roland, Emmanuel et Vincent… Tous sont éleveurs de vaches laitières et ont initié une conversion à l’agriculture biologique (AB) en 2016. Début 2019, ils ont accepté de livrer leur témoignage sur cette conversion : Quelles ont été leurs motivations pour initier cette conversion ? Quels changements ont eu lieu sur la ferme depuis 2016 ? Quel bilan peuvent-ils déjà donner 3 ans après et quelle satisfaction en retirent-ils ?

« Qualité plutôt que quantité ». Emmanuel et Céline Cayron, GAEC Parlan Bio, Aveyron.

Pour leur conversion, Emmanuel et Céline Cayron, éleveurs de vaches laitières à Sainte-Juliette-Sur-Viaur en Aveyron, ont investi dans une faucheuse auto-chargeuse, ont mis en place le pâturage tournant dynamique et… ont suivi plusieurs formations.

« Que du positif ». Emmanuel Vernhet et Vincent Grès, GAEC des Tinarole, Aveyron.

 

Pour Emmanuel Vernhet et Vincent Grès, éleveurs de vaches laitières en Aveyron. Anglars-Saint-Félix en Aveyron, le premier changement a été sur les cultures : moins de céréales, moins de maïs, plus de prairies.

« Cultiver l’optimisme ». Edith et Pascal Capèle, GAEC La ferme de la Craupinère, Ille-et-Vilaine.

Télécharger la vidéo 

« Les agriculteurs bio ? Des marginaux ! » … c’est ce que pensaient Edith et Pascal Capèle, éleveurs de vaches laitières en Bretagne, avant d’entamer eux-mêmes leur conversion à l’AB suite à la crise laitière de 2015.

« Un changement qui booste». Roland Vidal. Le Vibal, Aveyron.

Télécharger la vidéo 

Crise du lait, rencontres, atelier de poules pondeuses… Pour Roland Vidal, éleveurs de vaches laitières en Aveyron, plusieurs éléments sont à l’origine du « déclic » du passage en bio !

 

« Renaissance ». Nadia et Patrice Hamoniaux, GAEC Hamoniaux, Côtes d’Armor.

Télécharger la vidéo 

Qualité de vie, entraide entre agriculteurs, souci de la terre et de leurs bêtes : pour Nadia et Patrice, la conversion à l’AB est aussi une autre façon de vivre… en cohérence avec leurs valeurs !

« On n’est pas des numéros ». Céline et Martial Beasse, EARL Beasse, Ille-et-Vilaine.

Télécharger la vidéo 

Pour Céline et Martial Beasse, éleveurs de vaches laitières prim’holstein en Bretagne, si la crise de 2015 a été l’élément déclencheur vers leur conversion à l’AB, ce sont surtout les rencontres et les formations qui ont permis à l’idée de faire son chemin pour devenir réalité… non sans difficultés dans les 2 années de conversion, mais heureusement une grande satisfaction aujourd’hui.

« Libres et sereins ». Marie et Erwan Henry, EARL du Menez Bre, Côtes d’Armor.

Télécharger la vidéo 

Jusqu’en 2014, Marie et Erwan Henry, éleveurs de vaches laitières et porcs en Bretagne, semblaient subir leur système de production. En 2014, le choix de passer en bio devient évident et leur ouvre alors les portes vers d’autres choix possibles pour améliorer leur système…

Télécharger la vidéo 

« Cultiver l’être ». Didier Larnaudie et Alain Beyer, GAEC des Fontanelles, Aveyron.

Motivés pour changer de pratiques et de rythme de vie, Didier Larnaudie et Alain Beyer, éleveurs de vaches laitières en Aveyron, mettent les aspects humains du métier d’agriculteur au cœur de leur témoignage sur leur conversion à l’AB.

 

Série réalisée par Maëlys Bouttes et Arnaud Mansat, dans le cadre du projet de thèse de Maëlys Bouttes dirigé par Guillaume Martin (INRA UMR AGIR). Contributeurs : INRA, Chambre d’Agriculture de l’Aveyron, APABA. Soutiens : projet PSDR Occitanie, INRA, région Occitanie, CASDAR Résilait, ANR Tatabox, CASDAR Optialibio, INP, Ecole des docteurs de Toulouse.

Ces vidéos de témoignages peuvent être mobilisées comme support de formations, de cours,d’échanges. N’hésitez pas à contacter PSDR-Occitanie[a]inra.fr pour obtenir les versions en haute qualité. Une version sous-titrée est aussi disponible sur youtube pour chaque vidéo si vous souhaitez les utiliser sur des salons.

 

Voir aussi

  • Vous souhaitez en savoir plus ? Cliquez ici pour découvrir les résultats du travail de recherche sur les motivations et stratégies de conversion à l’AB mené par les scientifiques de l’Inra Occitanie Toulouse.
  • Et pour aller plus loin, retrouvez les publications en lien avec ce travail sur le site Research Gate

 

 

Photo Matthieu Chanel [Agrobio 35]. © Photo Matthieu Chanel [Agrobio 35]

 

En aveyron, il y avait jusqu’en 2015 seulement une quarantaine d’agriculteurs biologiques sur 1200 producteurs laitiers, alors que pendant la seule année 2016, environ 50 fermiers ont décidé de se convertir.

Pourtant, la période de conversion en elle-même n’est pas dénuée de risques. C’est en effet un moment, qui peut durer jusqu’à deux années, où les pratiques sont modifiées sans pouvoir valoriser immédiatement cette transition.

Pour expliquer le choix de se convertir, il s’est avéré que des facteurs très subjectifs et personnels entraient donc en jeu : non seulement le gain économique supposé et le meilleur impact environnemental ; mais aussi le fait de pouvoir maintenir une exploitation familiale, d’imaginer de meilleures conditions de travail ou de bénéficier d’un apprentissage collectif et ainsi d’accroître ses compétences personnelles. En somme, les agriculteurs interrogés perçoivent ce « pari sur l’avenir » comme une opportunité de travailler en meilleure adéquation avec leurs valeurs personnelles. Un autre des résultats majeurs de cette enquête est le fait que les agriculteurs concernés considèrent ce modèle agricole comme moins risqué que le conventionnel puisque s’éloignant de la logique d’agrandissement systématique (économies d’échelles).

Ces travaux ouvrent la voie à une réflexion sur la diminution de la vulnérabilité des exploitations laitières en conversion biologique, qui demeure importante. Ils offrent également des données pour permettre aux conseillers agricoles et aux décideurs publics de mieux accompagner les agriculteurs.

 

Une série réalisée par Maëlys Bouttes et Arnaud Mansat, dans le cadre du projet de thèse de Maëlys Bouttes dirigé par Guillaume Martin (INRA UMR AGIR). Contributeurs : INRA, Chambre d’Agriculture de l’Aveyron, APABA. Soutiens : programme PSDR Occitanie, INRA, La Région Occitanie, CASDAR Résilait, ANR Tatabox, CASDAR Optialibio, INP, Ecole des docteurs de Toulouse, Agence BIO.

 

La technique des vignes semi-larges

La technique des vignes semi-larges – vidéo réalisée par miamedia from Miamedia TV on Vimeo.

Érosion des sols, pollution de l’eau, bioagresseurs, la viticulture est aux premières lignes des enjeux environnementaux modernes. Comment lutter  grâce à la technique des vignes semi-larges.

La place de la pluridisciplinarité dans Ecophyto

Ecophyto 9 – vidéo réalisée par Miamedia from Miamedia TV on Vimeo.

Les EPL impliqués dan le plan Ecophyto (Action 16) ont fait évoluer leurs pratiques pédagogiques vers une plus grande pluridisciplinarité.

L’agro-écologie à la Bergerie nationale

Engagée depuis plusieurs années dans une démarche de développement durable, l’exploitation agricole de la Bergerie nationale respecte aujourd’hui les principes de l’agroécologie dont les orientations reposent sur l’autonomie de son système d’exploitation basée sur la complémentarité entre les cultures et les élevages. Ce film vous fait découvrir les implications agro-écologiques sur les pratiques culturales et les conduites d’élevages de la ferme de la Bergerie. et les élevages.